21 juillet 2024

Les vraquiers souhaitent plus de soutien

À l’approche de l’été, les Transporteurs en vrac de Montmagny-L’Islet se préparent à une saison occupée et ils souhaiteraient recevoir davantage d’appui de la part de certaines municipalités de la Côte-du-Sud.

En date du 6 mai 2024, le conseil municipal de Cap-Saint-Ignace adoptait une résolution afin de prioriser les vraquiers d’ici : ‘’l’entrepreneur et ses sous-traitants doivent utiliser en tout temps, pour le transport de matériaux en vrac, dans une proportion d’au moins 50 % en nombre des camions appartenant à des camionneurs résidants de la MRC de Montmagny (et prioritairement de la Municipalité de Cap-Saint-Ignace) [...]’’.

Cette résolution est le résultat d’efforts concertés des Transporteurs en vrac de Montmagny-L’Islet, un regroupement de propriétaires de camions 10 roues, 12 roues et semi-remorques. Année après année, ils tentent de sensibiliser les conseils municipaux afin qu’ils adoptent des résolutions favorisant les camionneurs d’ici.

« Dans la MRC de L’Islet, nous avons obtenu une résolution avec les Municipalités de L’Islet, Saint-Adalbert, Saint-Pamphile, Sainte-Perpétue, Saint-Damase, Saint-Jean-Port-Joli, Saint-Roch-des-Aulnaies et tout dernièrement Sainte-Félicité. Pour la MRC de Montmagny, nous avons Montmagny, Cap-Saint-Ignace et Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud qui ont une résolution », déclare Lianne Bastien, directrice générale de l’organisme.

En début de chaque saison, ce dernier sollicite vingt-huit conseils municipaux pour qu’ils adoptent une résolution afin d’inciter les entrepreneurs à prioriser les vraquiers locaux dans l’exécution des travaux de voirie. « Ces résolutions, lorsqu’elles sont adoptées, nous aident beaucoup. Néanmoins, nous avons peu de succès. Nous ne comprenons pas pourquoi certains élus refusent de privilégier leurs résidents et leurs payeurs de taxes. Nos tarifs sont décrétés par le gouvernement. Il n’y a donc pas pour eux de coûts supplémentaires », déclare M. Blais.

Par rapport aux tarifs, ceux-ci ont été augmentés en 2024 afin de tenir compte de l’inflation et de la hausse du prix des camions. « Les prix offerts aux vraquiers sont mieux qu’ils étaient dans le passé. Par contre, nous ne sommes pas à l’abri de hausses de nos coûts d’exploitation. Ils montent toujours plus vite qu’ils ne descendent! », avance le président.

Pour l’été qui s’en vient, il croit qu’il y aura suffisamment de chantiers afin d’employer ses vraquiers, principalement dans la région de Montmagny. Présentement, ceux-ci démarrent tranquillement. Il rappelle également que les camionneurs sont appelés à tour de rôle pour travailler sur ces chantiers.

La pénurie de main-d’œuvre et le vieillissement des conducteurs frappent de plein fouet les transporteurs en vrac de la Côte-du-Sud. « Nous avons très peu de relève. Les jeunes sont attirés par le travail en ville, qui est moins saisonnier qu’ici. Lorsqu’un jeune est disponible, les entreprises se l’arrachent. Pour faire notre métier, il faut avant tout en être passionné, et ne pas le faire seulement pour la paie. Nous conduisons de grosses machines. Nous avons de grosses responsabilités et il faut être sérieux lorsque nous sommes derrière le volant de nos camions », conclut-il.