16 juillet 2024

Une absolution inconditionnelle pour des coups de ceinture

Une mère de famille nouvellement immigrée au Canada a récemment pu bénéficier d’une absolution inconditionnelle après avoir reconnu sa culpabilité pour avoir commis des voies de fait sur son enfant.

Lors de l’audience au Palais de justice de Montmagny, présidée par le Juge Sébastien Proulx de la Cour du Québec, chambre criminelle et pénale, l’accusée a reconnu sa culpabilité avec émotion. Elle a galement exprimé des regrets sincères.

Après être arrivée au Canada, la mère s’est établie seule avec son enfant dans une municipalité de la MRC de L’Islet. Isolée, sans repères et n’étant pas familière avec les coutumes canadiennes, celle-ci a administré des coups de ceinture à son enfant. Dans son pays d’origine, ce type de correction était fréquemment utilisé. D’ailleurs, la dame a elle-même reçu des coups de ceinture dans son enfance.

Suivant son arrestation et l’intervention du Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ), l’accusée a entièrement collaboré et elle a accepté toute l’aide proposée, réalisant ainsi des progrès majeurs. De surcroît, considérant qu’un dossier criminel pourrait lui faire perdre son emploi et même entraîner sa déportation, le juge Proulx lui a octroyé une absolution inconditionnelle. (JST)