12 juin 2024

Même formés, les pompiers n’auraient pas pu sauver Josyane Tanguay-Pelletier

Le coroner Me Donald Nicole a rendu public son rapport concernant le décès de Josyane Tanguay-Pelletier qui avait plongé dans la rivière du Sud à Montmagny avec son véhicule le 21 avril 2023. Il en conclut qu’il s’agit d’un décès accidentel et que, même si les pompiers de Montmagny avaient reçu la formation requise, ils n’auraient pas pu sauver la jeune femme.

Selon le rapport dont le Journal a obtenu copie, un témoin aurait vu la scène et appelé les secours immédiatement. D’après ses observations, le véhicule serait entré dans l’eau vers 12 h 23 à plus de 100 km/h et la conductrice n’aurait pas freiné ni fait de manœuvre pour tenter de retourner sur la route. L’accident est survenu alors que Mme Tanguay-Pelletier circulait sur l’autoroute 20 en direction est. Le véhicule aurait graduellement dévié de sa voie vers la gauche, traversant la bande rugueuse de l’accotement puis le terre-plein gazonné avant de terminer sa course dans la rivière du Sud. Il s’est retrouvé à 300 m de la rive, dans une section de la rivière de deux mètres de profondeur.

Le coroner rapporte que le témoin de la scène a indiqué que la jeune femme était inconsciente au moment d’entrer dans l’eau. Elle aurait repris conscience après quelques secondes pour appeler à l’aide, mais le courant éloignait sa voiture de la rive. « Les informations obtenues au cours de l’investigation ont révélé que le véhicule de Mme Tanguay-Pelletier avait sombré au centre de la rivière du Sud en moins de 15 minutes à cause du fort courant de la crue printanière, ne laissant aucune chance à cette dernière de sortir de l’habitacle et aux secouristes de se mobiliser pour intervenir à temps », peut-on lire dans le rapport. En effet, Me Nicole souligne qu’à l’arrivée des secours, la victime était déjà sous l’eau : « lorsque le personnel du Service de sécurité incendie de la Ville de Montmagny est arrivé sur les lieux vers 12 h 40, il était impossible pour celui-ci d’intervenir sécuritairement, et ce, même avec toute la formation et tous les équipements nécessaires. »

Le véhicule et la victime auraient été sortis de l’eau vers 13 h 45. Des manœuvres de réanimation auraient été tentées malgré une asystolie au moniteur défibrillateur semi-
automatique et elle a été transportée à l’Hôpital de Montmagny où son décès a été constaté à 14 h 48.

Un décès accidentel

Le coroner affirme dans son rapport qu’il n’a pas été en mesure de déterminer les causes exactes qui ont mené au plongeon du véhicule dans la rivière. Il note que la chaussée était en bon état et que l’accident est survenu alors que l’asphalte était sec et que la visibilité était bonne. L’inspection du véhicule après l’accident n’aurait pas révélé de bris mécanique.

Lors de l’examen de la victime effectué quelques jours après son décès, les seules lésions qui ont été constatées seraient celles laissées par les mesures de réanimation qui avait été entreprises. Les analyses toxicologiques n’ont décelé aucune trace d’alcool dans le sang de la victime.

Le coroner note que le dossier médical de Mme Tanguay-Pelletier fait état de migraine chronique, de sclérose en plaques et d’épilepsie réfractaire qui se manifestait sous forme d’absences. Elle avait toutefois reçu une chirurgie qui semblait avoir corrigé la situation et elle n’avait pas manifesté de symptôme épileptique depuis plusieurs mois.

Le coroner conclut que « la sortie de la route qui a coûté la vie de Mme Tanguay-Pelletier résulte d’une altération prolongée de son état de conscience, dont il est impossible d’établir avec certitude la cause, alors qu’elle circulait au volant de son véhicule utilitaire sport en direction est, sur l’autoroute 20 et que son décès résulte d’une asphyxie par noyade, après avoir été incapable de sortir de son véhicule qui a rapidement sombré dans la rivière du Sud [...] Il s’agit d’un décès accidentel. »

Améliorer la protection humaine

Me Nicole souligne que, depuis l’accident, la Ville de Montmagny a mis en place des mesures pour obtenir rapidement des ressources externes pouvant intervenir sur la rivière du Sud. Elle évaluerait également la possibilité d’offrir le service de sauvetage nautique selon ses ressources humaines et matérielles. « J’approuve les démarches de la Ville de Montmagny et les mesures mises en place par son service de sécurité incendie qui visent à améliorer la protection de la vie humaine. »