Annie-Pier Labrie dresse les priorités 2020 de la CCIM

Photo de Eric Maltais
Par Eric Maltais
Annie-Pier Labrie dresse les priorités 2020 de la CCIM
Annie-Pier Labrie.

Bien en selle pour son premier mandat à la présidence de la Chambre de commerce et de l’industrie de la MRC de Montmagny (CCIM), Annie-Pier Labrie mise sur des comités pour la soutenir dans une année qui s’annonce difficile et imprévisible en raison de la pandémie de la COVID-19 qui sévit à travers le monde.

« Le premier rôle d’une Chambre de commerce est de défendre les intérêts de ses membres au niveau des politiques publiques. C’est de traduire en action la volonté de ses membres », lance d’entrée de jeu l’avocate du cabinet BTLP. Elle ajoute: « Le second rôle est de s’assurer du développement économique et de favoriser le développement des affaires, nous sommes tous d’accord là-dessus. »

Mme Labrie explique qu’en raison de la COVID-19, deux comités ont été mis en place. Un premier dressera un plan d’affaires et verra aux communications de la CCIM . Un deuxième comité s’occupera du dossier visibilité et rayonnement des entreprises. La Chambre est un acteur économique important. »

Le prédécesseur de Me Labrie, Frédéric Corriveau, avait positionné à l’avant-plan de l’actualité le dossier du Complexe sportif et de santé durable à l’école secondaire Louis-Jacques Casault, devant le dossier du Pavillon multifonctionnel de la Ville de Montmagny. « Nous avons effectué un sondage auprès de nos membres en décembre dernier. Il définit la position des membres. Nous n’avons pas reçu d’indications depuis comme quoi il y avait eu des changements. Nous allons travailler dans le sens du projet structurant ».

Webinaire

Voilà la façon retenue à court terme pour créer un intérêt des membres auprès de leur Chambre. Un premier événement a été tenu en mai en collaboration avec le bureau de la ministre Marie-Eve Proulx. Un second événement virtuel le 11 juin mettra en valeur les connaissances de Steve Sanche, de Desjardins. La conférence traite de « La COVID-19 et ses impacts sur les marchés financiers ».

Il devient impossible de tenir des événements publics et cette réalité complique la tenue d’activités de financement. La présidente confirme qu’il était devenu impossible de tenir les deux principales activités annuelles pour recueillir des fonds, soit le tournoi de golf et le Gala Prestige,  mais la santé financière de l’organisme permet de maintenir le directeur général Marc Laurin en poste, même si celui-ci doit jouer un rôle d’homme-orchestre.

Me Labrie mentionne que les membres du conseil d’administration, des gens très dynamiques, tentent de le soutenir au meilleur de leur capacité. Le comité « visibilité et rayonnement » analysera maintenant comment mettre en place un projet de reconnaissance pour les entreprises et commerces qui se seront distingués malgré les impacts de la crise sanitaire. Cet événement pourrait mettre un baume sur la dernière année, combien éprouvante et stressante pour l’ensemble de la communauté d’affaires.

Puisqu’il est difficile de tenir des activités de financement, la présidente avait une demande particulière: « Nous avons besoin d’augmenter le membership de la Chambre et le nombre de partenaires annuels. Plus nous serons représentatifs du milieu, meilleures seront nos représentations » conclut-elle, tout en précisant que le directeur général travaille seul pour le moment, mais qu’il recevra un soutien dès que les conditions le permettront. Mentionnons que la CCIM profite du programme de subvention salariale du gouvernement canadien.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de