Berthier-sur-Mer fait l’acquisition d’une partie du parc Fluvial

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Berthier-sur-Mer fait l’acquisition d’une partie du parc Fluvial
Dans l’ordre habituel, M. Jocelyn Lapointe, conseiller municipal responsable du projet, Mme Thérèse Hébert, directrice générale du Havre, M. Martin Turgeon, directeur général de Berthier-sur-Mer et M. René Aubé, président du Havre.

Le parc Fluvial de Berthier-sur-Mer était entièrement géré par le Havre de Berthier-sur-Mer. Malgré les efforts et les heures investis par leur bénévole, les responsabilités étaient trop grandes pour l’organisme. La municipalité a donc proposé d’acquérir une partie des propriétés du parc ainsi que d’essuyer les dettes du Havre. Elle espère ainsi assurer la pérennité des activités de plaisances et favoriser le développement du site.

La Municipalité de Berthier-sur-Mer prend la charge du restaurant, des sanitaires, de la billetterie des croisières ainsi que le bail avec les croisières AML/Lachance. Le Havre conservera les bâtiments nécessaires aux activités de plaisance soit la Capitainerie, le garage, etc. Il aura également accès au stationnement adjacent de ses bâtiments ainsi qu’à l’espace nécessaire pour les bateaux l’hiver.

Malgré que, selon le conseiller municipal responsable du projet, M. Jocelyn Lapointe, le projet est en branle depuis plusieurs années, le conseil municipal a passé ses résolutions afin de préciser l’engagement qu’il voulait prendre avec le Havre en mars 2021. Les membres de l’organisme ont ensuite voté à 87% en faveur de l’entente entre les deux parties. Le président, M. René Aubé, affirme que depuis son implantation cet été il est satisfait des changements : « Pour l’instant tout fonctionne très bien. C’était beaucoup de travail pour nos bénévoles de s’occuper de tout le parc. La municipalité collabore très bien avec nous. » Le conseiller responsable du projet rappelle que l’endroit est fréquenté par des milliers de touristes chaque année, les bâtiments se dégradent donc rapidement et doivent être restaurés et entretenus. Cela serait une charge trop lourde à supporter pour un organisme comme le Havre qui fonctionne surtout grâce au travail de ses bénévoles à son avis. « Nous ne souhaitons aucunement les effacer. Nous souhaitons seulement assurer la pérennité du lieu touristique. Le Havre sera consulté pour toutes les démarches. D’ailleurs, un comité du parc Fluval sera créé avec des représentants de tous les groupes d’intérêt et le Havre sera invité à y siéger », affirme M. Lapointe.

Création d’un fonds de dragage

Avec l’entente, Berthier-sur-Mer a accepté de prendre en charge la dette de 250 000 $ que le Havre avait accumulé. « Cette dette provient des frais des opérations de dragage. C’est de gros montant pour un organisme. En plus, c’est toujours à refaire », explique M. Lapointe. Le dragage consiste à déplacer la boue qui se trouve sous l’eau près de la Marina afin que les bateaux puissent continuer à passer. Il s’agit d’opérations qui sont essentielles au fonctionnement de l’endroit, mais qui doivent être faites à nouveau après quelques années. Les coûts pour cela seraient aussi en augmentation constante à cause des normes environnementales.

La municipalité devrait donc créer un fonds de dragage dès 2021 afin que des montants d’argents soient réservés spécialement pour ces opérations. Tous les acteurs du parc Fluvial devraient contribuer à celui-ci.

Berthier-sur-Mer tente également de devenir propriétaire des lots d’eau qui représente environ 50% de la propriété. En effet, une portion de celle-ci avait été créée lors du premier dragage en déposant les sédiments sur la terre. La municipalité souhaiterait donc devenir propriétaire de ces terres qui appartiennent présentement au gouvernement. Le terrain devra donc être loti et cadastré par des arpenteurs. Toutefois, une partie des terres telles le quai et le bassin de mouillage ne sont pas rachetables et la municipalité devra garder un bail d’eau avec le ministère de l’Environnement pour celles-ci.

Partenaires requis

Malgré que M. Lapointe soit emballé par le projet, il reconnait que ces nouvelles acquisitions représentent de gros montants pour une municipalité d’environ 2 000 citoyens. Il maintient toutefois que la facture ne sera pas dirigée vers les contribuables. Berthier-sur-Mer en est présentement à l’étape de chercher des partenaires afin d’appuyer le projet.

Elle tentera d’aller chercher le soutien des différents paliers gouvernementaux. La MRC de Montmagny sera également sollicitée. M. Lapointe croit que les municipalités environnantes devraient aussi participer au projet : « Le parc Fluvial de Berthier-sur-Mer attire des touristes de partout au Québec. Cela représente beaucoup de retombés économiques pour nous, mais aussi pour les villes autour. Les gens qui viennent ici vont en profiter pour aller visiter Montmagny par exemple. »

M. Lapointe ajoute que les croisières AML/Lachance devront également participer : « Nous sommes chanceux de les avoir, nous avons des publicités sur notre région à des heures de grandes écoutes grâce à eux. Mais l’entreprise est également un utilisateur de la marina, donc elle devra contribuer comme les autres. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires