Lachance… pour redécouvrir le fleuve !

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Lachance… pour redécouvrir le fleuve !
Une belle aventure

Le Fleuve Saint-Laurent ne présente plus aucun secret pour la famille Lachance, intimement liée à l’histoire de l’archipel de l’Isle-aux-Grues depuis le début du 19e siècle. Effectivement, c’est en 1826 que leur ancêtre de l’île d’Orléans devient le propriétaire de l’Île-au-Canot située au nord de l’île aux Grues et y installa sa petite famille. Pendant plus d’un siècle, cinq générations de Lachance s’y succéderont.

La vie d’insulaire: une histoire de famille

Sans électricité ni téléphone, la famille n’eut d’autre choix que d’apprendre comment s’auto-suffire. Malgré tout, elle devait régulièrement partir en canot vers l’Île-aux-Grues et Montmagny pour s’approvisionner en objets et en vivres. Même en hiver, en attendant la formation du pont de glace reliant l’Île-au-Canot à l’Île-aux-Grues, il fallait naviguer en canot à glace sur les eaux glaciales du fleuve. Ce mode de vie empêchait bien sûr la famille de profiter des avantages de la vie moderne. Puis vint un temps où Joseph, le dernier successeur, choisit de quitter l’île pour s’établir en terre ferme, poursuivant tout de même la tradition familiale de voguer sur le majestueux Saint-Laurent. Vers 1950, Jos Lachance dirigera une entreprise magnymontoise de pêche commerciale et fondera ensuite un petit chantier maritime spécialisé dans la construction de bateaux de pêche commerciale et de plaisance.

Quand le vent tourne

En 1982, son fils François Lachance prend le gouvernail et réoriente les services de l’entreprise. Conscient du déclin de la pêche commerciale, il flaire le potentiel du développement de l’industrie touristique. Il devient le premier à offrir des expéditions aux baleines en partance de Tadoussac. Quelques années plus tard, le dragage du havre de Berthier-sur-Mer et la mise en valeur de la station de quarantaine de Grosse-Île lui donneront le coup de pouce nécessaire pour structurer l’industrie des croisières sur la Côte-du-Sud.

Maintenir la vitesse de croisière

En 1990, l’entreprise Jos Lachance & Fils devient Les Croisières Lachance. Les premières années présentent des statistiques modestes mais leur patience sera récompensée en 1997. Le 150e anniversaire de la Grosse-Île permettra d’augmenter le nombre de croisiéristes de 25 % et, surtout, établira de façon définitive les croisières comme étant une activité touristique incontournable sur la Côte-du-Sud.

Partir sur le fleuve en compagnie d’un des capitaines Lachance, c’est revivre près deux siècles d’histoire. Leurs talents de conteur et leurs connaissances de la vie des insulaires nous transportent dans leur univers nous faisant découvrir de passionnantes aventures en lien avec le fleuve et ses îles.

Depuis plus de 175 ans, les Lachance sillonnent les eaux du Saint-Laurent autour des 21 îles du magnifique archipel de l’Isle-aux-Grues. Autrefois, on les voyait naviguer en simple canot, puis en canot à glace et en bateaux de pêche. Encore en 2020, ils voguent à bord de splendides bateaux de croisière, faisant découvrir les beautés de leurs îles chéries aux visiteurs et voyageurs de partout à travers le monde…

Le Capitaine Dominique Lachance.

La flotte 

Les Croisières Lachance possède un superbe navire pouvant accueillir jusqu’à 170 passagers: Le Vent des Îles. On retrouve une salle à manger et un salon sur le premier pont. Au pont supérieur, place à la timonerie. Une verrière permet aussi aux passagers de demeurer à l’intérieur à l’abri du soleil pour admirer le paysage. Pour ceux qui aiment se laisser caresser par la brise, un pont-promenade permet de vous asseoir à l’extérieur. Quant au Lachance III, il est plus spacieux, doté d’un pont soleil et d’un salon intérieur donnant l’impression de vous retrouver à bord d’un bateau privé.

Le Capitaine Dominique Lachance.

La Croisière par excellence: Grosse-Île

Ancienne station de quarantaine humaine au coeur de l’archipel de l’Isle-aux-Grues, la Grosse-Île a vu passer plus de 4 millions d’immigrants entre 1832 et 1937. Longtemps interdite d’accès, des guides de Parcs Canada invitent aujourd’hui les gens à monter dans le train balade pour se plonger dans l’histoire des lieux mythiques pendant une quarantaine de minute, en parcourant le processus d’inspection médicale que subissaient les immigrants en y  arrivant. Un arrêt est aussi prévu devant le fameux mémorial, permettant de chercher le nom de vos ancêtres qui ont possiblement passé par là. D’autres découvertes sont prévues dont les incontournables hôtels,  la croix celtique, de l’édifice de désinfection et du Lazaret.
En période de Covid…
Des mesures supplémentaires ont été mises en place pour permettre aux voyageurs de s’amuser et de vivre une expérience de croisière mémorable et sécuritaire malgré la COVID-19. Des instructions sont affichées tout au long de l’excursion. Lors de l’embarquement, les clients doivent répondre à des questions sur leur état de santé actuel et le port du masque. Les opérations de restauration ont été adaptées aux normes de la Santé publique en vigueur.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de