Le déploiement dynamique dans Montmagny-Sud… une si bonne idée?

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Le déploiement dynamique dans Montmagny-Sud… une si bonne idée?
M. Mario Robitaille, superviseur des Ambulanciers de L'Islet-Sud. (Photo d'archives)

Le 31 mars arrivant à grands pas, la situation de la couverture ambulancière dans les différentes municipalités de Montmagny-Sud a fait beaucoup discuter depuis hier soir dans la sphère médiatique. Sollicitée depuis longtemps, la conversion à l’horaire à l’heure sera enfin mise en place à Saint-Fabien. Toutefois le point de service ne sera pas en fonction la nuit, ce qui risque d’apporter son lot de problèmes et de compromettre la rapidité des interventions.

Rappelons que les municipalités touchées sont Saint-Just-de-Bretenières, Lac-Frontière, Sainte-Lucie-de-Beauregard, Saint-Paul-de-Montminy, Sainte-Apolline-de-Patton, Saint-Fabien-de-Panet et Saint-Magloire-de-Bellechasse.

Cette situation avait été dénoncée par le superviseur des Ambulances L’Islet-Sud, M. Mario Robitaille, lors de la dernière campagne électorale. Au moment de l’annonce d’investissement pour le changement d’horaire de faction en horaire à l’heure, le CISSS de Chaudière-Appalaches leur avait indiqué qu’ils avaient jusqu’au 31 mars pour le mettre en application. Rappelons que la zone 322 Saint-Fabien-de-Panet s’est vu allouer une augmentation budgétaire afin de convertir l’horaire de faction actuel de type 7/14 à un horaire à l’heure à raison de 12 heures par jour, sept jours sur sept.

Ainsi les ambulanciers seront-ils en fonction de 6 h le matin à 18 h. Par conséquent, aucun véhicule ne sera disponible durant la nuit dans cette zone. Une ambulance avoisinante sera chargée d’intervenir. M. Robitaille indique que cela peut représenter des délais de 30 minutes, alors que la normale devrait se situer entre 10 et 15 minutes.

Le superviseur ajoute que ces ambulanciers ont déjà une lourde charge de travail, alors l’ajout d’un territoire ne fait qu’alimenter le problème. « Il faut toujours calculer si le véhicule voisin sera disponible aussi. Parce que lui aussi a une zone à couvrir. »

En plus de faire connaitre au CISSS leur désaccord avec le projet depuis son annonce, les ambulanciers espèrent que la couverture médiatique actuelle permettra de faire pencher la balance dans les décisions. Soulignons-le, la solution idéale demeure la conversion en horaire à l’heure autant le jour que la nuit. M. Robitaille assure que son équipe serait prête à remplir adéquatement l’horaire de cette façon si le CISSS lui accordait l’argent nécessaire.

Se fier au déploiement dynamique?

Le CISSS de Chaudière-Appalaches a envoyé un courriel de « rectification » aux différents médias de la région concernant le dossier. Il y est rappelé que la transformation des horaires de faction à des horaires à l’heure fait partie d’une stratégie gouvernementale plus large permettant de bonifier l’apport du système préhospitalier d’urgence au réseau de la santé et des services sociaux.

« Il est inexact de prétendre qu’il n’y aura pas de couverture ambulancière dans Montmagny-Sud la nuit, alors que la gestion des appels d’urgence, avec le nouveau modèle de déploiement dynamique, doit être vue plus largement. Le déploiement dynamique prend en compte la distance et le niveau d’urgence de chaque appel. Donc, tous les véhicules ambulanciers de la région seront amenés à travailler ensemble pour assurer les services aux citoyens en affectant l’ambulance la plus adéquate », a écrit le CISSS.

M. Robitaille explique que si un déploiement dynamique se faisait à partir de Saint-Pamphile, considérant que celui de Saint-Fabien ne serait plus disponible, le véhicule serait par exemple à Saint-Adalbert, soit à mi-chemin entre les deux zones. Il serait à 25 minutes de Saint-Fabien. Toutefois, si un appel provenait de Tourville, le patient devrait attendre 30 minutes au lieu de 20. « Il faut être logique. Si des véhicules sont mis dans des coins de zone pour fermer un trou, tu pénalises d’autre monde. » Dans un cas où celui de Saint-Pamphile n’est pas disponible, il ne restera plus de camion pour intervenir rapidement. « Qu’on enlève directement le véhicule, là on provoque le problème. »

Passage non obligé

Le CISSS a tenu de spécifier que cette transformation n’était pas un passage obligé, donc non imposé dans les communautés d’ici le 31 mars. Il indique toutefois que le modèle à l’heure demeure plus avantageux pour la population.

« Un horaire de faction est difficile à vivre pour tout le monde. On refuserait un horaire à l’heure pour un horaire de faction, ce qui pénaliserait nos employés. (…) Si on refuse, on le sait que le prochain chiffre à l’heure ne sera pas accordé à Saint-Fabien », a réagi M. Robitaille, qui affirme que l’horaire à l’heure, comme mentionné à plusieurs reprises, assure d’attirer le personnel.

Le CISSS conclut son courriel en indiquant que des échanges sont présentement en cours dans le dossier avec les élus de la MRC de Montmagny ainsi que le député, M. Rivest. Il reviendra publiquement au moment où une décision finale sera prise.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires