Le maire de Saint-Paul se prononce

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Le maire de Saint-Paul se prononce
M. Alain Talbot. (Photo de courtoisie)

Le maire de Saint-Paul, M. Alain Talbot, souhaite rassurer les citoyens sur la situation. Il est confiant qu’une association avec l’Alliance éolienne de l’Est serait plus avantageuse en raison de son expertise acquise.

M. Talbot souhaite rassurer les gens qui s’inquiètent de l’emprunt effectué par la MRC dans le cadre du projet. Il estime que dans pareille situation, un emprunt est inévitable considérant son évaluation à 400M$. Il comprend qu’il peut être difficile pour certains de bien comprendre la totalité du projet en raison des aspects techniques complexes liés au dossier.

Il précise que l’emprunt de 3M$ est prévu dans les dépenses, mais qu’en bout de ligne, près de 1M$ net seront engendrés.

La Municipalité trouvait plus intéressant de se jumeler à l’Alliance, vu son expertise dans les éoliennes. M. Talbot affirme que l’emprunt ne le dérange pas du tout. Il est assuré que les 3M$ de dollars seront remboursés. Il se dit même ouvert à réaliser d’autres projets dans ce genre de conditions puisqu’à long terme, il ne voit que du positif.

M. Talbot admet qu’il est impossible de dire qu’il n’y a aucun risque, mais il évalue qu’avec 3M$ sur 400M$, le risque est moindre. Il est à préciser que les chiffres demeurent encore incertains parce que le projet est récent. En travaillant directement avec Kruger, une autre compagnie pourrait bénéficier du revenu,alors qu’avec l’Alliance, l’est du Québec en entier va pouvoir bénéficier de l’argent.

En travaillant avec l’Alliance éolienne de l’Est, le maire ne cache pas que certains revenus seront perdus, entre 100 000 $ et 150 000 $. Toutefois, selon les informations du maire, l’Alliance détient une expertise dans ce genre de contrats, ce qui lui permet d’assurer que toutes les contraintes seront respectées. Ayant peu de connaissances dans le milieu éolien, la Municipalité évalue avoir un meilleur encadrement avec l’Alliance. En travaillant seulement avec Kruger, M. Talbot rappelle qu’aucune autre municipalité de la MRC de Montmagny ne va recevoir des redevances, alors qu’avec l’Alliance, les MRC de Montmagny, de L’Islet et de l’est du Québec vont recevoir un montant. Il ajoute que dès qu’il va y avoir un projet à un autre endroit dans l’est, les citoyens seront heureux d’obtenir des retours en échange. « Dans la vision de la Municipalité de Saint-Paul, à moyen et long termes, on est gagnant. »

Une place sur le conseil?
M. Talbot ne croit pas que deux personnes de la Municipalité siégeront sur le conseil pour la prise de décisions. Il ne pense pas que pour un projet de 400M$, Kruger donnerait la moitié du pouvoir à la Municipalité.

Le maire précise qu’il va y avoir un comité de liaison formé d’élus, de citoyens, de représentants du Lac Gosselin, etc., afin de minimiser les impacts négatifs. Selon lui, il s’agit de la meilleure façon de fonctionner dans une telle situation.

La MRC souhaite maximiser les retombées sur le territoire

La MRC de Montmagny a pris la décision de s’associer à l’Alliance pour tout son territoire. L’objectif de faire partie de l’Alliance est de pouvoir réaliser des projets sur l’ensemble du territoire, d’y contribuer et de profiter des dividendes. De plus, l’Alliance se veut une instance qui peut négocier avec le gouvernement pour tout ce qui se rapporte à la reconnaissance d’initiatives énergétiques. «Ça permet de diversifier les risques et les gains sur un plus grand territoire », explique la directrice générale, Mme Nancy Labrecque.

Étant donné qu’il s’agit de dossiers très techniques et juridiques, l’Association permet d’avoir accès à une équipe multidisciplinaire pour pouvoir négocier et répondre ainsi aux appels de projets. Toujours selon Mme Labrecque, adhérer à l’Alliance apportera la force d’un groupe et tous pourront profiter des expertises communes. « L’association a pour but d’optimiser les chances d’avoir des projets, aller chercher des revenus et pouvoir avoir un impact sur les instances gouvernementales pour la reconnaissance et la négociation ainsi que de répondre à des appels à projets ». Elle souligne que l’objectif de la table des maires est de travailler de façon positive afin de trouver des terrains d’entente et d’avancer.

Rappelons que la MRC de L’Islet adhère également à l’Alliance éolienne de l’Est.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires