Les paramédics en grève

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Les paramédics en grève
Ann Gingras, présidente de la CSN Chaudière-Appalaches et Frédéric Maheux, président de l’ATPH lors du point de presse de ce matin. (Crédit photo: Conseil central de Québec—Chaudière-Appalaches)

Les représentants de l’Association des travailleurs du préhospitalier (APTH-CSN) et du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN) ont tenu une conférence de presse ce matin annonçant le déclenchement d’une grève pour une durée indéterminée. Ils dénoncent les matières monétaires négociées depuis plusieurs mois en lien avec le renouvellement de leur convention collective échue depuis le 31 mars 2020.

L’APTH, qui dessert la grande région de Québec incluant Montmagny, est donc en grève depuis ce matin.

« Depuis le début des démarches du renouvellement des conventions collectives, nous avions tous espoir de conclure rapidement un règlement, et ce, sans devoir utiliser les moyens à notre disposition pour faire débloquer les négociations. Devant ce malheureux blocage qui perdure, nos membres ont fait le choix de déclencher la grève qui débute ces jours-ci, et ce, pour une durée indéterminée », annonce Frédéric Maheux, président de l’ATPH (CSN).

Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), souhaite rappeler que le déclenchement de la grève n’est pas fait de gaieté de cœur.

« Cela demeure le geste ultime, quand tous les autres moyens ont échoué pour arriver à la conclusion d’une entente satisfaisante. Plusieurs problèmes existent chez les paramédics depuis fort longtemps, notamment en ce qui concerne la charge de travail. La pandémie en a rajouté encore plus. Les gens sont épuisés, la détresse psychologique est importante et ils n’en peuvent tout simplement plus. Le travail est essentiel pour la population et on souhaite avoir les outils et les conditions nécessaires pour l’exercer adéquatement! », évoque-t-elle.

M. Maheux mentionne qu’il s’agit d’une première étape et que ces premières vagues de grève ne sont que le début. Il souligne que si les employeurs, le Conseil du trésor et le ministère de la Santé et des Services sociaux ne coopèrent pas, ils n’auront pas le choix d’intensifier les grèves, et ce, tout en respectant les services essentiels.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires