L’organisatrice derrière l’hommage du CHSLD de Cap-Saint-Ignace

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
L’organisatrice derrière l’hommage du CHSLD de Cap-Saint-Ignace
Un convoi de voitures a fait le tour du CHSLD de Cap-Saint-Ignace pour rendre hommage aux travailleurs et résidents qui vivent une période difficile. Crédit photo: Marc Langlois.

Pascale Fafard est l’organisatrice qui a initié le convoi pour rendre hommage aux travailleurs de la santé, ainsi que les usagers du CHSLD de Cap-Saint-Ignace, le lundi 16 novembre. Mme Fafard vient de Repentigny. Elle voyage à travers la province pour envoyer une dose d’amour dans les CHSLD et résidences pour aînés. Le convoi formé de citoyens, de la Sûreté du Québec et de pompiers a créé plus qu’un heureux parmi les résidents et travailleurs du CHSLD de Cap-Saint-Ignace.

Le CHSLD de Cap-Saint-Ignace vit une période très difficile depuis l’éclosion de la COVID-19 qui a débuté à la fin d’octobre. Plus de la moitié des résidents ont été atteints par le virus. Sur les 43 usagers, 15 personnes ont malheureusement perdu la vie.

Pascale Fafard, touchée par la situation des CHSLD, a décidé de préparer des convois pour soutenir les personnes touchées par l’éclosion du coronavirus.  Mme Fafard a débuté son implication psychosociale au CHSLD de Joliette et a continué à Acton Vale, pour ensuite se rendre à Cap-Saint-Ignace. La dame de Repentigny, aussi préposée aux bénéficiaires depuis cinq ans, a fait environ six heures de route pour l’événement. Ce dernier a été initié sur son Facebook et près d’une vingtaine de voitures y ont participé.

«Quand je suis arrivée, tout le monde était sur place et prêt à partir. J’ai commencé la haie d’honneur, le monde s’est mis à se suivre, ça l’a vraiment été beau. On a passé devant le CHSLD de Cap-Saint-Ignace, on a fait le tour dans le stationnement et on est passé en avant. Comme ma petite tradition le permet, je suis sortie, j’ai dessiné un cœur et j’ai mis des ballons», résume-t-elle la scène.

Les travailleurs et résidents observaient le convoi par les fenêtres. «Ce qui était beau au Cap-Saint-Ignace, c’est qu’on faisait le tour de la bâtisse. Les résidents et les travailleurs étaient tous dans les fenêtres et ils nous faisaient des saluts. J’ai trouvé ça vraiment beau! Il y en a même qui nous ont filmés de l’intérieur parce qu’ils étaient contents. J’en ai eu des frissons, j’étais vraiment fière de cet hommage», explique l’organisatrice.

Pascale Fafard. (Via le Facebook de l’organisatrice)

Des travailleurs à bout

Mme Fafard est revenue dans le domaine de la santé au mois de mai et a elle-même contracté la COVID-19. Depuis quatre mois, elle éprouve toujours de la difficulté avec son goût et son odorat. Elle souhaite renforcer l’encouragement dans le milieu de la santé.

«On voyait pendant la première vague beaucoup d’hommages partout et pourtant, pendant la deuxième vague, ces gens-là ne sont pas tant encouragés. Les travailleurs sont tellement à bout qu’il y en a qui sont en train de lâcher. Je trouve ça important de pouvoir montrer qu’on est là pour les soutenir et que les citoyens les soutiennent aussi. Ça fait toujours du bien, ça donne de l’amour.  Si je peux leur donner un peu de positif, c’est ce qui fait mon bonheur», a-t-elle souligné en entrevue.

Les travailleurs et résidents saluaient les participants de l’hommage par les fenêtres. (Crédit photo: Marc Langlois)

« Stop à l’Omerta »

L’organisatrice de l’événement produit des vidéos sur Facebook dans le groupe intitulé Stop à l’Omerta (omerta pour silence) afin de dénoncer certaines problématiques qui lui ont été dévoilées par des travailleurs de la santé sur les réseaux sociaux. Le groupe compte plus de 1 300 membres, principalement, des travailleurs dans le domaine de la santé.

«J’ai eu beaucoup de dénonciations par rapport à la hiérarchie. Par exemple, des infirmières qui se vengent un peu sur les préposés et des préposés, sur des aides de service. Sinon, des dénonciations de situations de maltraitance et de désorganisation», explique Mme Fafard.

L’instigatrice poursuivra sa route parmi les différents CHSLD et résidences pour aînés de la région pour continuer à offrir une dose d’amour à ceux les plus touchés.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires