Quatre municipalités de L’Islet étudient la possibilité de se regrouper

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Quatre municipalités de L’Islet étudient la possibilité de se regrouper
(Crédit photo: page Facebook de la MRC de L'Islet)

Les municipalités de L’Islet, de Saint-Jean-Port-Joli, de Saint-Roch-des-Aulnaies et de Sainte-Louise ont adopté une résolution afin de réaliser une étude sur la pertinence d’un regroupement municipal. La mise en commun des ressources représenterait une richesse foncière uniformisée de 910 millions de $ pour un total de 8 900 habitants. Ce regroupement permettrait d’assurer le maintien d’une bonne qualité d’administration municipale pour bien répondre aux besoins de la population.

André Simard, maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, mentionne qu’aujourd’hui amorce une nouvelle ère de rapprochement pour au moins quatre municipalités situées dans la MRC de L’Islet. Il précise que les municipalités souhaitent présenter les démarches en toute confiance et transparence.

« Les conseils municipaux ont adopté à l’unanimité, cette semaine, une résolution pour étudier toute la question d’un rapprochement municipal. Cette résolution a pour objet aussi de demander directement à la ministre des Affaires municipales, Mme Andrée Laforest, un accompagnement et un soutien technique pour cette démarche », exprime-t-il.

Le maire de L’Islet, Jean-François Pelletier, continue en mentionnant qu’avec cette résolution, ils ne parlent pas d’une fusion systématique, mais plutôt d’un accompagnement. De cette façon, il sera possible d’aller chercher l’ensemble des informations pertinentes dans une recherche rigoureuse pour être en mesure de bien répondre aux besoins des municipalités et d’informer adéquatement la population.

« On est en train de construire un projet de société pour être capable de faire en sorte que nos municipalités soient en mesure d’avoir une bonne représentation et un bon rayonnement », complète-t-il.

Normand Dubé, maire de Sainte-Louise, spécifie qu’une fois les résultats disponibles, les maires réfléchiront sur la suite des choses. Il mentionne que si l’idée d’un regroupement municipal s’avérerait intéressante, ce sera à la population de chacune des municipalités concernées de trancher.

Perspectives vers le futur

Jean-François Pelletier, maire de L’Islet, explique que ces démarches sont faites en prévision du maintien de qualité de vie des municipalités dans le futur. Ils se disent en formes et confiants pour le faire.

« Il faut savoir que ça va bien dans nos municipalités. On le fait parce que c’est écrit dans le ciel depuis quelques années. Il y a des études (…) qui prévoyaient qu’en 2030, le Québec sera transformé en termes de regroupements »

Il nomme comme différents facteurs, les changements auprès de la population, le vieillissement, la qualité de vie, l’environnement, le renouvellement du leadership municipal, etc.

«C’est donc pour toutes ces raisons qu’on le fait et par question de terre à terre, par maintien de la qualité de vie », ajoute  M. Pelletier.

Unir leurs forces

Le maire de Saint-Jean-Port-Joli, Normand Caron, poursuit en évoquant que la mise en commun permettra d’approcher près d’un milliard de dollar en richesse foncière.

« Les défis et les enjeux auxquels on est confronté dans nos municipalités respectives sont très analogues, semblables, dans l’ensemble de nos municipalités. Donc, on pense à la capacité de payer de nos contribuables l’obtention de services de qualité. On parle aussi d’être capable de travailler sur l’attraction et le maintien de la population. Ce qu’on est confronté, c’est justement l’attraction, les ressources humaines et de compétences administratives. Dans nos régions, ce n’est pas facile, donc plus on met nos forces en commun, plus on va être capable de combler ces déficits », spécifie-t-il, en rappelant aussi que les municipalités ont un profil culturel et touristique semblable.

La municipalité de Saint-Aubert risque de s’ajouter à l’étude, mais cela n’est pas encore confirmé. Les municipalités participantes solliciteront l’accompagnement du ministère des Affaires municipales pour le suivi du projet. Les conclusions de l’étude sont attendues pour le premier trimestre de 2022.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires