Restauration des habitats aquatiques sur la rivière Vincelotte

Journal l'Oie Blanche
Restauration des habitats aquatiques sur la rivière Vincelotte
Photo de courtoisie.

L’Organisme des bassins versants de la Côte-du-Sud (OBVCS) a obtenu un financement de 78 000 $ afin de procéder au retrait de deux obstructions sur la rivière Vincelotte à Cap-Saint-Ignace. Le projet permettra de restaurer les habitats aquatiques et d’améliorer la qualité de l’eau.

Deux obstructions situées à l’est de la route de l’Anse-à-Gilles, sont ainsi ciblées pour être retirées de la rivière Vincelotte. La première est une traverse à gué bétonnée désaffectée qui nuit à l’écoulement des eaux et à la circulation des poissons. Les effets sont particulièrement visibles lors des périodes d’étiage où la circulation de l’eau est interrompue en raison de cette obstruction. La deuxième est un ancien pont où il ne reste plus que les culées, soit les parties situées sur la rive qui soutiennent la structure. Ces dernières causent le rétrécissement de la zone d’écoulement et créent un refoulement de l’eau en amont. De plus, des débris s’accumulent sur la structure causant une obstruction supplémentaire. Finalement, ce rétrécissement du cours d’eau augmente la vitesse du courant qui contribue à l’érosion des berges en aval, à la perte de superficies cultivables, et à une sédimentation de particules fines dans le cours d’eau qui risque de colmater les abris et les frayères.

Selon l’OBVCS, le retrait de ces obstructions rétablira la libre circulation des espèces aquatiques et elles pourront avoir accès à toutes les composantes nécessaires à leur survie.

L’organisme procédera ensuite à la végétalisation des rives de ces sites pour assurer une bonne filtration des eaux souterraines ainsi qu’une stabilisation accrue du sol et maximiser l’interception des éléments nutritifs. L’OBVCS fera aussi le suivi des populations de poissons et de la qualité de l’eau de la rivière, avant et après les travaux. Ces données permettront de suivre l’évolution de l’impact du retrait des obstructions. Dans un souci de sensibilisation et de collaboration, certaines activités de capture sont prévues avec des élèves du primaire afin de les initier aux enjeux du projet.

Le projet est d’une durée de trois ans et les travaux d’aménagement s’effectueront au printemps 2023. Le financement provient d’Environnement et Changement climatique Canada via son programme EcoAction, et de la Fondation de la faune du Québec par le Programme de mise en valeur de la biodiversité en milieu agricole.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires