20 avril 2024

Une année des sucres historique en vue

La saison des sucres 2024 s’annonce être historique pour les producteurs acéricoles de la Côte-du-Sud.

’’ Mon père a 92 ans. Et lui-même, il n’en revient pas. Il n’a jamais vu de conditions pareilles dans sa vie!’’ s’exclame Martin Guay, président régional de la Côte-du-Sud des producteurs et productrices acéricoles du Québec. Il possède également une érablière de 15 500 entailles à Saint-Malachie.

Il se réjouit de cette saison particulièrement hâtive. ‘’ Faire les sucres sur la terre au début mars, je n’ai jamais vu ça. Habituellement, nous utilisons des raquettes à cette période de l’année. Présentement, nous vivons des conditions d’avril “, explique-t-il.

Bien évidemment, le caractère hâtif de la saison est expliqué par les conditions plus que clémentes vécues cet hiver, soit des températures douces et peu de précipitations de neige. ‘’Si c’est moi qui avait contrôlé le thermostat de la température, j’aurais exactement fait pareil. C’est idéal comme température!’’ rigole-t-il. D’ailleurs, contrairement aux autres années, toutes les régions du Québec vivent une saison des sucres semblable, alors qu’auparavant, elle était décalée de deux à trois semaines dans les régions à l’est du Québec.

Les érables facilitent également le travail des acériculteurs. Ils sont particulièrement productifs cette année. Déjà, en date du 8 mars, ils ont produit près de 30% de leur moyenne d’eau d’érable annuelle. Considérant que les érables produisent de l’eau jusqu’à la mi-avril, la saison 2024 s’envisage comme étant historique.

Comme toutes industries du Québec, les producteurs et productrices acéricoles sont touchés de plein fouet par la pénurie de la main-d’œuvre, surtout dans le contexte actuel. Martin Guay explique que ceux-ci déploient de nombreux moyens afin de récolter la précieuse production de leurs arbres, car elle ne peut attendre. Notamment, tout l’entourage des producteurs est mis à contribution, qu’ils soient jeunes ou matures. De plus, certaines exploitations plus importantes ont aussi recours à l’aide de travailleurs étrangers.

Finalement, Martin Guay invite tous les amateurs de sucres à visiter leur érablière préférée, car l’eau d’érable est au rendez-vous!

Articles reliés