Feu vert aux chantiers!

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Feu vert aux chantiers!
Chantier du Pump Track au Parc Saint-Nicoals.

En début de semaine, la Ville de Montmagny et ses cols blancs/cols bleus ont conclu une entente temporaire, permettant ainsi d’officialiser l’aménagement des horaires de travail. Depuis le début de la pandémie, plusieurs discussions avaient été tenues dans le but de permettre un assouplissement de la convention collective. L’administration et le Syndicat des employés municipaux (CSD) tenaient donc à mettre sur papier les récentes ententes de dérogations concernant les mesures de protection entre les équipes de travail, tant sur les chantiers qu’aux édifices municipaux.

Vacances de la construction

Il s’agit plus précisément d’annuler l’obligation de prendre des vacances pendant les semaines de la construction. « On aura des équipes pour assurer la continuité des travaux sur l’ensemble des chantiers de l’été, pour rattraper le retard de notre planification qui devait commencer à la fin avril. Ainsi, avec une météo propice, tout indique qu’on pourra réaliser l’ensemble de notre calendrier de chantiers et d’infrastructures », explique Félix Michaud, directeur général. Ce dernier précise que les travaux débuteront la semaine prochaine sur la rue Saint-Antoine si la Ville reçoit le financement attendu. Sinon, ils s’enclencheront plutôt sur l’Avenue du quai. Cette entente permet donc une plus grande liberté quant au choix de vacances pour les employés, un élément négocié qui se retrouve dans la prochaine convention collective qui devrait bientôt obtenir la signature des deux parties.

Le pump track

Sans doute au grand plaisir des jeunes, les travaux de construction du pump track au Parc St-Nicolas débuteront cette semaine. Le CN (Service de transport ferroviaire) financera 50% du projet estimé à 120 000$, incluant les frais et accessoires. Ayant obtenu l’autorisation des agriculteurs voisins, les opérateurs de machinerie lourde pourront circuler par la traverse à l’est du parc. La livraison des infrastructures est attendue au cours des prochains jours. Ces équipements seront installées dans le secteur de l’ancien anneau de glace. Le maire Rémy Langevin souligne l’apport financier du CN : « Cette contribution de l’ordre de 60 000$ a été obtenue dans le cadre des Fêtes du 375e alors qu’eux célébraient l’an dernier leur 100e anniversaire. Il y aura un aménagement typique pour souligner leur soutien ».

L’arrivée du gaz naturel 

La compagnie Énergir, promoteur du gazoduc qui sera construit entre St-Henri et Montmagny,  permettra le déploiement de plusieurs équipes de forage et compagnies d’installation des équipements dans le secteur du Parc industriel dès le 25 mai. La rue des Industries recevra les premières conduites de gaz. Rappelons qu’un nombre significatif d’entreprises et d’industries avaient formellement demandé le raccord à ce service. Montmagny prévoit aussi alimenter plusieurs de ses bâtiments, dont la caserne de pompiers, le garage municipal, l’aréna ainsi que la piscine intérieure (via la polyvalente Louis-Jacques-Casault). Toutefois, la mise au gaz prévue en décembre 2020 pourrait être remise en question, compte tenu des aléas de la pandémie COVID-19. Les informations en lien avec le déroulement des travaux et aux entraves à la circulation seront disponibles sur le site web de la Ville.

Revitalisation du centre-ville

Un projet de construction très prometteur a été présenté par trois jeunes entrepreneurs locaux. Il s’agit de construire un immeuble offrant un emplacement commercial au rez-de-chaussée ainsi que trois à quatre paliers locatifs, tous prémunis de terrasses. Présentement utilisé comme espaces de stationnement, le terrain situé au 58 rue Saint-Jean-Baptiste-Est se métamorphosera bientôt. Les promoteurs prévoient terminer l’ensemble des travaux d’ici deux ans. Ce projet d’envergure a reçu un bel accueil des conseillers puisqu’il cadre parfaitement dans son plan de revitalisation du centre-ville.

Des glissades d’eau?

Le conseil attend toujours la réponse du gouvernement à savoir si le projet des glissades d’eau bénéficiera du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS). Un examen fiscal a d’ailleurs été demandé auprès de la firme Raymond Chabot Grant Thorton (RCGT) afin de déterminer si la Corporation du camping municipal pourrait soutenir à elle-seule cet investissement, considérant que cet équipement de loisir se grefferait à sa piscine.

Au sujet de cette dernière, un premier remplissage complet se fera ces jours-ci afin de tester l’équipement. L’exercice permettra d’évaluer le système et ses conduites mécaniques, ainsi que celles des jeux. Il faut que tout soit fonctionnel pour l’été. « On nous dit que les bassins aquatiques pourraient ouvrir sous certaines conditions d’utilisation, comme un ratio d’usagers en même temps, tout en respectant la distanciation sociale. Semble-t-il que la propagation du virus n’est pas possible dans une piscine. On attend les recommandations de la Santé publique »,  conclut le directeur général.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de