L’avenir de Ressorts Liberté à Montmagny est assuré

Photo de Diane Gendron
Par Diane Gendron
L’avenir de Ressorts Liberté à Montmagny est assuré
Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon (à droite) en compagnie de la députée-ministre, Marie Eve Proulx, du directeur général de Ressorts Liberté, Mathieu Ouellet et de Luc Ménard, chef de l'exploitation de Desjardins Capital.

Bonne nouvelle pour la région. L’entreprise magnymontoise Ressorts Liberté est là pour rester de même que ses 452 emplois.

Pour donner un coup de pouce en ce sens, Desjardins Capital et Investissement Québec sont devenus actionnaires majoritaires de l’entreprise, a annoncé le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, en conférence de presse aujourd’hui à l’usine. Protéger les fleurons québécois comme Ressorts Liberté constitue une priorité pour le ministre, a-t-il ajouté.

En préparation depuis 2011, ce projet de relève se concrétise, à la grande joie de ceux qui ont mis au monde cette entreprise et l’ont fait grandir jusqu’à devenir le fabricant canadien de ressorts complexes le plus important de l’industrie automobile et du secteur des véhicules hors route.

Le directeur général de Ressorts Liberté, Mathieu Ouellet, a d’ailleurs confirmé que le siège social resterait à Montmagny.

«Ressorts Liberté fait partie de l’ADN de notre région. C’est une entreprise innovante qui créée des emplois de qualité. «Pour le gouvernement et pour moi, c’est important de réussir à garder nos sièges sociaux en région» a indiqué la députée-ministre, Marie-Eve Proulx.

Un leader mondial

Fondée en 1986, Ressorts Liberté emploie aujourd’hui 694 personnes, dont 452 au Québec. Elle a cinq usines : à Montmagny, au Mexique (deux usines) à Toronto et en Chine (sous forme de coentreprise). Les deux tiers des produits de Ressorts Liberté sont livrés à l’extérieur du Canada. On affirme qu’un véhicule automobile sur deux dans le monde contient au moins un ressort fabriqué par l’entreprise.

Qui plus est, elle a un potentiel de croissance. «Au cours des prochaines années, l’entreprise entend tirer profit de la forte croissance anticipée dans le domaine de la motorisation hybride et consolider sa présence à l’international. Ce qui me réjouit par dessus tout, c’est le maintien au Québec de centaines d’emplois spécialisés et les retombées financières qui sont attendues» de souligner le ministre Fitzgibbon.

Un homme heureux

Celui qui a mis au monde l’entreprise, Richard Guimont, se réjouit de cette annonce.

Quant à Richard Guimont, celui qui a parti l’entreprise avec deux autres personnes, il restera à la barre pour faciliter la transition. Pour lui, l’annonce d’aujourd’hui est une excellente nouvelle. «Ça a toujours été clair pour moi et pour Jean Laberge que l’entreprise ne devait pas partir du Québec. Je suis très content qu’elle reste à Montmagny. C’est mission accomplie, on a réalisé notre rêve» a déclaré M. Guimont. L’homme d’affaires ne restera pas inactif pour autant comme on peut le constater en regardant la nouvelle clinique médicale.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de