Le camping Pointe-aux-Oies plus achalandé que l’an dernier

Photo de Diane Gendron
Par Diane Gendron
Le camping Pointe-aux-Oies plus achalandé que l’an dernier
Un aperçu du camping Pointe-aux-Oies à Montmagny.

Les choses vont bien pour le Camping Pointe-aux-Oies de Montmagny. Tellement qu’au 22 juillet dernier on avait enregistré 5% de plus de nuitées que l’année précédente, alors que l’été 2019 était déjà une bonne saison, a souligné le directeur général du camping, Raymond Gaudreau. «Mieux que cela, on est en voie de rattraper les deux semaines perdues au tout début de la saison à cause de la Covid», dit-il.

De toute évidence, les campeurs sont au rendez-vous. Il faut dire que notre passage a coïncidé avec la première semaine de vacances des travailleurs de la construction. Disons aussi qu’au cours des dernières années, le camping a raflé des prix prestigieux qui l’on fait connaître davantage à travers le Québec, mentionne le directeur général. Sans parler de son audace en matière d’habitations insolites comme les Goutte d’Ô et les yourtes.

Bien sûr, cette année n’est pas comme les autres. Il faut composer avec le coronavirus. «Le port du masque est obligatoire dans toutes les bâtisses et les mesures sanitaires sont suivies. On surveille les rassemblements, il nous est arrivé de donner quelques avertissements» a admis M. Gaudreau.

Cette année, pour éviter les manipulations il n’y a pas de service de location de vélos. «On demande aux campeurs d’apporter leur bicyclette ainsi que des jouets pour les enfants». Toutefois, c’est la nouvelle piscine municipale extérieure qui constitue l’attraction principale, confie sans hésiter le directeur général.

L’érosion

Une clôture a été érigée cet été en raison de l’érosion qui ronge la berge.

Ce qui préoccupe davantage l’organisme à la tête du camping, c’est l’érosion. Aucun doute, le problème prend de l’ampleur. Au point où on a dû ériger une clôture cette année pour interdire aux campeurs d’aller plus loin vers le fleuve. L’érosion ronge la berge à un rythme accéléré et fait perdre du terrain au camping.

À ce sujet, le maire Rémy Langevin ne cache pas son inquiétude. Il l’a d’ailleurs évoquée lors de sa visite aux citoyens de la rue des Écores, aux prises également avec ce problème. Le maire a alors laissé entendre que la Ville a demandé de l’aide gouvernementale pour le camping. Les citoyens lui ont signalé qu’eux aussi avaient besoin d’aide.

Un muret a été aménagé à l’entrée principale. Sur la photo, on aperçoit le directeur général du camping, Raymond Gaudreau.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de