Les candidats s’affrontent lors d’un premier débat

Photo de Diane Gendron
Par Diane Gendron
Les candidats s’affrontent lors d’un premier débat
De gauche à droite : Hugo Latulipe du NPD, Bernard Généreux du Parti conservateur, Aladin Legault d’Auteuil du Parti Libéral et Louis Gagnon du Bloc Québécois.

La campagne électorale s’invitait au Centre d’études collégiales de Montmagny, le 24 septembre dernier, dans le cadre d’une discussion à laquelle ont participé les candidats Hugo Latulipe (NPD), Bernard Généreux (Parti conservateur), Aladin Legault d’Auteuil (Parti libéral) et Louis Gagnon (Bloc Québécois). Les thèmes portaient sur l’environnement, l’économie, l’immigration, les Premières Nations et la place du Québec dans le Canada.

L’activité, organisée par Laurence Leduc Hébert, professeur en sciences politiques au CECM, a donné lieu à une bonne discussion entre les protagonistes et parfois même à des échanges musclés, notamment sur les questions de l’environnement, de l’économie et de la place du Québec dans la Fédération canadienne.

L’environnement

Hugo Latulipe a réitéré sur tout les tons l’urgence d’entreprendre la transition entre l’économie et l’écologie en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Pour sa part, le député sortant Bernard Généreux a affirmé que le Parti conservateur propose un plan de mesure concrète, dont celui de mettre fin aux déversements d’eaux usées. De son côté, Aladin Legault a soutenu que c’est le Parti libéral qui avait le plan environnemental le plus ambitieux que Justin Trudeau dévoilait le jour même. Quant au Bloc, il a soumis l’idée de la péréquation verte qui viendrait récompenser les bons et punir les provinces qui en font le moins en matière de lutte contre les changements climatiques.

Économie fiscalité

À ce sujet, la question portait, entre autres, sur la position des partis quant à la taxation des géants du Web. Pour le candidat libéral, «c’est très important de payer des taxes si on veut construire notre pays». Généreux, lui, pense qu’il faut faire des analyses avant de prendre des décisions. «Il faut s’adapter au fait que l’économie de demain est une économie numérique» . À cela, Hugo Latulipe rétorque que «l’industrie culturelle décline parce que les deux grands partis n’ont rien fait». Louis Gagnon affirme qu’il faut taxer ces géants mais aussi s’attaquer aux paradis fiscaux.

Immigration

Tout le monde s’entend sur l’importance et la nécessité de l’immigration. Le candidat du Bloc pense qu’il faut monter le plafond à 20 % et qu’il est essentiel de faire participer les immigrants à leur propre intégration en apprenant la langue française. Pour Bernard Généreux, les personnes qui veulent des emplois au pays doivent entrer au Canada de façon légale. Le candidat libéral estime qu’on doit accueillir encore plus d’immigrants. Pour le candidat NPD, le Canada est une terre d’immigration, que ça va continuer et que c’est notre devoir d’être solidaire.

Les Premières Nations

Au sujet de la réconciliation avec les Premières Nations. «Les autochtones étaient ici avant nous. Malheureusement, on n’a pas été en mesure de respecter ces gens comme on aurait dû. Ils doivent être présents dans nos décisions» pense Bernard Généreux. Aladin Legault d’Auteuil est d’avis qu’on doit aller plus loin, apprendre à connaître ces peuples. «C’est le tiers-monde pour les autochtones au pays. Il faut reconnaître leur droit sur le territoire, faire en sorte qu’ils deviennent partenaires de nos projets» ajoute Hugo Latulipe. Le candidat du Bloc note de son côté que le Canada a traité les Premières Nations de façon exécrable et que ce dossier nuit à ses relations à l’international.

La Place du Québec dans le Canada

Sur ce sujet, Hugo Latulipe croit que le Bloc tourne en rond, ce qui a fait bondir Louis Gagnon: «J’ai des convictions», a répondu ce dernier, avant d’ajouter, «On devrait peut-être poser la question pourquoi on veut rester?». Pour le candidat libéral, l’un ne va pas sans l’autre en parlant du Québec et du Canada. Bernard Généreux a conclu en affirmant que le Canada était le plus beau pays du monde.

En terminant les candidats se sont tous entendus sur un point : inviter les gens à aller voter le 21 octobre prochain!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de