Montmagny doit s’adapter

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Montmagny doit s’adapter
L'Hôtel de ville de Montmagny.

Considérant que la pandémie COVID-19 génère son lot de problématiques, la Ville de Montmagny n’a d’autre choix que de s’adapter aux nouvelles réalités qui en découlent, tant au niveau social qu’économique. La dernière séance de conseil fut l’occasion, pour les élus, de mettre à jour leur plan de travail. « La pandémie est une belle occasion de revoir autrement l’organisation du travail et de mettre à l’essai des choses qui pourraient perdurer au-delà », souligne Félix Michaud, directeur général.

La crise fait des ravages 

Le maire Rémy Langevin s’est dit attristé d’apprendre que le virus aura eu raison de deux autres entreprises, portant à trois le nombre de fermetures sur le territoire. Cette fois, il s’agit du Club de boxe de Montmagny et de la Tabatière. « C’est très malheureux. C’est pour cela qu’un moment donné, il faut reprendre un certain rythme de vie! Les entreprises vont devoir se redéfinir, s’adapter et même revoir leurs offres de services pour passer à travers cette crise qui risque de durer plusieurs mois. Le monde commercial change, cette adaptation va faire mal à plusieurs et souhaitons-le, au moins de gens possible, pour garder une offre diversifiée dans notre région et éviter les fuites commerciales ».

M. Langevin s’est prononcé aussi sur la façon dont le gouvernement a géré la crise de la Covid-19 jusqu’à maintenant.: « Personnellement, j’ai mon opinion, mais si j’écoute les experts en Santé publique et les directives gouvernementales, je ne peux pas faire autrement que de m’y conformer. Mais pourquoi a-t-on réussi à avoir de meilleurs résultats ailleurs? Sans avoir eu recours à des opérations aussi coûteuses et drastiques… Je pense qu’après la pandémie, il va falloir qu’il se pose de sérieuses questions! Ça ne va pas bien là! On a beau dire que ça va bien aller… On le sent qu’il y a de gros problèmes sociaux et économiques. On ignore combien de temps il reste à vivre toutes ces restrictions. Si j’étais actionnaire d’une compagnie je serais très inquiet et je le suis d’ailleurs comme gestionnaire d’une municipalité. »

Langevin ne singe pas Labaume

Contrairement au maire de la ville de Québec, Rémy Langevin ne promet pas de gel de taxes pour 2021. « Nous travaillons différemment. Nous avons mis en place une formule nous permettant de suivre nos finances à chaque mois. Nous tenons des séances informelles avec le directeur des finances deux fois par semaine et des rencontres fréquentes avec les représentants des différentes directions. Nous suivons de près les effets de cette pandémie pour mettre à jour les mesures devant être mises en place dans le but de se préparer pour le prochain budget début août. À ce moment, nous pourrons dire comment se présente les orientations du budget pour 2021. »

Contrairement à Québec et Lévis aussi, Montmagny n’ouvre pas la période d’inscriptions du camp de jour estival. « On est à collecter l’information et évaluer la faisabilité de tenir le camp de jour. On ne veut pas précipiter les parents dans un engagement sans connaître exactement dans quel contexte leur enfant vont participer. »  À la blague, Félix Michaud souligne que pour l’instant, selon les restrictions imposées, le camp de jour ressemblerait davantage à un camp militaire. Le directeur général souligne toutefois être conscient que ce service répond à un besoin mais il tient à faire une analyse complète de cette possibilité, toujours en attente des directives de la ministre Andrée Laforest. Il semblerait que les derniers détails se peaufinent auprès de l’Association québécoise du loisir municipal (AQLM),  de l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail de secteur affaires municipales (APSAM) et de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CENSST). La Ville devrait donc recevoir sous peu le fameux document et prendre sa décision.

Divertissement recherché

L’administration Langevin recherche comment divertir les citoyens. « On ne veut pas faire en sorte que Montmagny soit complètement fantôme durant l’été. On tente de trouver des formules de divertissement et mettre de l’avant des projets pour dynamiser le milieu, tout en respectant les restrictions de la Santé publique. On aura des annonces à faire prochainement », a souligné Rémy Langevin.  Il faisait alors référence au maintien de l’enveloppe budgétaire réservée pour les fêtes de la Confédération. Celles-ci pourront être maintenues si la Ville réussit à proposer à Patrimoine Canada une formule légale pour la célébration, qui pourrait notamment se faire de façon virtuelle.

L’Hôtel de ville ne presse pas sa réouverture 

Les gestionnaires de l’Hôtel de ville élaborent un plan pour sa réouverture, notamment en lien avec la circulation du personnel. « Les gens qui opèrent à l’étage auront leur propre sortie assignée, de même pour ceux au rez-de-chaussée. Il faut aussi prévoir un aménagement pour les allées et venues des citoyens. Plus on va ouvrir, plus il faudra des interventions de désinfection. Je pense donc qu’il est préférable de fonctionner comme on le fait présentement, à distance et par téléphone », a-t-il dit.

Le maire a évité d’avancer une date de réouverture. Il souligne plutôt que cette distanciation a créé des rapprochements, notamment avec d’autres collègues municipaux du Québec. « Je pense au caucus des villes de centralité, on remarque beaucoup plus de participations à nos rencontres mensuelles. Elles sont tenues de façon virtuelles alors c’est beaucoup plus facile pour des municipalités comme Gaspé et Rouyn-Noranda d’être présentes! Il y a un certain côté positif! »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de