21 juin 2024

L’intégration d’immigrants: une réussite chez Paber Aluminium

La rareté de main-d’œuvre pousse de plus en plus d’entreprises à se tourner vers l’immigration. Chez Paber Aluminium, l’expérience s’avère une réussite, affirme la directrice générale, Geneviève Paris, qui nous ouvrait les portes de l’usine, le 22 mai dernier, pour témoigner de l’apport des immigrants dans l’entreprise. Comptant plus de 150 employés, Paber Aluminium et son atelier d’usinage, DLP Technologie, ont un chiffre d’affaires de 20 M$ et exporte la moitié de leur production aux Etats-Unis. «Nous avons un beau carnet de commandes et des clients qui ont beaucoup de potentiel». L’entreprise qui entreprend des travaux d’agrandissement à son usine, à Cap-Saint-Ignace, devait pouvoir compter sur des effectifs suffisants pour répondre à la demande afin de soutenir ces investissements. «Nous avons accueilli des immigrants dans le passé, mais c’est l’an dernier que nous avons décidé de mettre l’accent sur ce bassin de main-d’œuvre» précise Mme Paris. Manifestement avec succès, selon ses dires. Pour l’instant, l’entreprise compte cinq employés issus de l’immigration. L’embauche de ces personnes a fait une différence pour Paber Aluminium, souligne Mme Paris. L’entreprise a engagé des gens qui veulent travailler, ayant de la formation, avec en main un ou même deux diplômes, et possédant de l’expérience. Qui plus est, ces employés parlent tous le français, ce qui, il va sans dire, facilite l’intégration. Toutefois, le manque de main-d’œuvre demeure un souci constant, car il reste des postes à combler au sein de l’entreprise, notamment à la production, au département de la qualité, dans les bureaux et à la maintenance, admet la directrice générale. Le hasard fait bien les choses Parmi les cinq personnes engagées au cours des derniers mois, Christophe Terpend, qui occupe le poste de planificateur à la production depuis décembre dernier, est arrivé comme sur un plateau d’argent, lance Mme Paris. Interrogé à son tour, M. Terpend, un Français habitant dans la région de la Haute Savoie, raconte qu’il voulait vivre une nouvelle aventure professionnelle et découvrir le Canada. «J’ai rencontré des gens en France qui sont revenus enchantés de leur expérience de travail au Québec, ce qui m’a donné envie de faire la même chose et de goûter à cette belle province». Une fois arrivé au Québec, il a entrepris une tournée afin de se trouver un emploi dans son domaine, la logistique industrielle. Le hasard l’a amené à Cap-Saint-Ignace où il a été immédiatement embauché. «Je suis super bien intégré à l’entreprise. J’ai été bien accueilli par la famille Paris et par les employés. J’ai des défis à relever. Bref, tout se passe à merveille pour moi et je compte bien rester tant qu’on voudra de moi» de conclure le nouvel arrivant qui habite à Montmagny.

Articles reliés