Sylvain Lemieux: le candidat du PLQ en Côte-du-Sud

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Sylvain Lemieux: le candidat du PLQ en Côte-du-Sud

Issu de monde de l’automobile, Sylvain Lemieux est le nouveau visage du Parti Libéral du Québec en Côte-du-Sud. « Ma venue en politique n’est pas étrangère à ce qui se passe dans le domaine de la santé » précise l’homme qui avait organisé une protestation concernant la couverture des services de l’hôpital de La Pocatière, face à la gestion du gouvernement de l’époque. À sa grande déception, « les choses ne se sont améliorées avec la CAQ et ç’a même empiré ». Concernant le dossier de L’ITAQ: « Je pense que le gouvernement n’a pas encore compris que les superstructures administratives, les gens n’en ont plus besoin! » Il précise « Dans Côte-du-Sud, on veut ravoir nos pouvoirs et on veut être capable de les surveiller! »

Sylvain Lemieux accorde une grande importance au secteur de l’agriculture: en plus d’appuyer la revendication à La Pocatière, il prévoit un plan facilitant quant au transfert de fermes familiales et voudrait mettre en place un abattoir local pour petits gibiers, muni d’une salle de découpe et d’un comptoir de vente. Côté touristique, il souhaite instaurer une navette régionale afin de favoriser les échanges avec la Côte-Nord.

En santé, M. Lemieux et son parti réclament un responsable local dans chaque hôpital avec un budget respectif imputable aux citoyens. Quant aux CLSC, il propose de les réorienter davantage vers les services à domicile. Selon lui, le Foyer d’Youville de Montmagny doit être relocalisé étant donné sa désuétude. Le dossier des paramédics fait aussi partie de ses priorités. « On paie des salaires faramineux aux médecins, il faut commencer  par trouver de l’argent pour payer nos paramédics à l’heure » déclare-t-il en précisant qu’un bon service de première ligne est essentiel pour sauver des vies.

Pour favoriser l’emploi, le candidat libéral est d’avis qu’un contrôle plus serré à l’immigration est nécessaire. Il faudrait également revoir les exigences du test  de français écrit, obligatoire après deux ans. Diminuer le taux d’imposition auprès des 60 ans et plus serait également une bonne façon d’encourager la main-d’œuvre, selon lui.

M. Lemieux déplore l’actuel gouvernement: « C’est devenu ridicule la façon dont la politique est gérée! » Il demande aux citoyens de l’aider à changer les choses pour offrir un meilleur avenir à la région de Côte-du-Sud.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires