Avantis verse des ristournes de 4,8 millions$

Photo de Michel Chassé
Par Michel Chassé
Avantis verse des ristournes de 4,8 millions$
MM. Denis Lévesque (à gauche) et Gaétan Roger, respectivement président et chef de la direction d’Avantis.

Issue de la fusion de fusion de quatre coopératives (Dynaco, Rivière-du-Sud, Seigneurie et Unicoop), Avantis a conclu l’année 2017-2018 avec un chiffre d’affaires consolidé de 566 millions$, en hausse de 3,4%, un excédent net d’exercice qui a fait un bond de 43% pour se chiffrer à 17,8 millions$, une ristourne record de 4,8 M$ et le remboursement de 1 million$ en capitaux privilégiés à ses membres. Les 566 millions$ résultent de l’addition des chiffres d’affaires des quatre coopératives au 27 octobre dernier, avant que la fusion ne devienne effective le lendemain.

Réunis en assemblée générale le mardi 12 mars à Lévis, les membres des quatre coopératives fusionnées ont appris qu’une cinquième se joindra bientôt à Avantis. Il s’agit de la Coop Agrivoix, de La Malbaie, qui se fusionnera à Avantis le 27 octobre prochain.

Au cours de la dernière année, Avantis a bonifié ses élevages en acquérant la Ferme avicole Cormico au Nouveau-Brunswick et une ferme porcine à Cap-Saint-Ignace tout en créant une entreprise productrice de porcs avec Olymel.

Outre la fusion avec Agrivoix, Avantis consacrera la prochaine année à la mise en place d’un partenariat régional pour sa division agricole avec La Coop fédérée.

Quincaillerie et porc

Aux prises avec des difficultés, les secteurs de la quincaillerie et du porc figurent parmi les priorités chez Avantis.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine nuisent à la production porcine parce que le marché de Chicago dicte les prix. Selon M. Gaétan Roger, chef de la direction chez Avantis, l’État aura des décisions à prendre au cours des prochains mois: «L’industrie peut faire son bout, mais elle ne peut compenser les conséquences découlant de la guerre commerciale entre les deux géants».

  1. Roger rappelle que Chaudière-Appalaches produit 48% du porc au Québec. Compte tenu qu’un emploi direct dans l’industrie porcine en génère cinq à sept indirects, d’éventuelles fermetures de fermes auraient un impact significatif.

Dans le secteur de la quincaillerie, toutes les bannières éprouvent des dificultés: «Si nous avions les mêmes marges de profit qu’il y a cinq ou six ans, nos quincailleries nous rapporteraient des profits supplémentaires de 4 à 5 millions$» explique M. Roger.

La difficulté pour Avantis consiste à trouver l’équilibre entre la présence dans le milieu et la rentabilité: «Si nous jouons la même partie que Canac, nous allons conserver seulement cinq magasins et plusieurs communautés vont perdre. Mais ce n’est pas ce que nous voulons; toutefois, où situer l’équilibre entre présence dans le milieu et rentabilité» ajoute M. Roger.

Avantis opère 29 quincaillerie, presque toutes sous la bannière MBR, seul fournisseur québécois dans le domaine. Même si les dirigeants de la coopérative veulent continuer à bien desservir le territoire, ils n’excluent pas la fermeture de quelques magasins: «En mettant ça au pire, si on fermait quatre magasins, il en resterait 25. Nommez-moi une bannière qui opère 25 quincailleries sur notre territoire. Vous n’en trouverez pas» de lancer M. Roger.

Bourses

Avantis Coopérative a profité de l’assemblée générale pour remettre des bourses totalisant 158 373$ à 39 jeunes agriculteurs. Depuis 2008, plus de 150 jeunes producteurs se sont se sont partagé 1,2 million$ en bourses.

Avantis

Regroupant 14 600 membres producteurs agricoles, entrepreneurs et consommateurs et 1 200 employés, Avantis Coopérative opère 110 places d’affaires sous les bannières La Coop, BMR, Unimat, New Holland, Kioti et Sonic dans les régions de Chaudière-Appalaches, la Capitale-Nationale, la Mauricie, les Laurentides, le Bas-Saint-Laurent et au Nouveau-Brunswick.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de