Frédéric Cyr: un chef d’exception

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Frédéric Cyr: un chef d’exception
Frédéric Cyr, directeur culinaire du Château Frontenac.

Ma récente rencontre avec Frédéric Cyr m’a plongée dans un univers aussi féerique que grandiose. Pour la toute première fois, j’ai franchi les portes du Château Frontenac. Je m’attendais bien entendu à découvrir un lieu somptueux, mais je dois reconnaître avoir d’abord été renversée par la gentillesse et l’humanisme des gens qui m’ont accueillie…

L’art culinaire de père en fils

Frédéric est un Magnymontois issu de la famille Cyr, bien connue dans la région. Sa mère et son père, le chef Renaud Cyr, étaient propriétaires de l’auberge classée Relais & Châteaux, le fameux Manoir des Érables de Montmagny. Tel Obélix, le jeune Frédéric sera « tombé dans la marmite » dès l’âge de 12 ans! C’est ainsi qu’il acquiert de solides bases et une technique de tradition française qui l’amèneront bientôt à compléter une formation professionnelle en cuisine. Sa détermination le conduira ensuite, à titre de sous-chef, dans plusieurs établissements réputés à travers le monde.

Trente ans plus tard, Frédéric Cyr dirige aujourd’hui avec brio une équipe de 125 employés au prestigieux Château Frontenac de Québec. « Je suis le chef des chefs (…) si l’on faisait un film, je serais le producteur » donne-t-il en exemple. M. Cyr est responsable des cuisines du Château qui vend, disons-le, plusieurs dizaines de millions de dollars de nourriture chaque année. Il dirige le personnel en cuisine, les provisions et le développement stratégique. De grandes chaussures à porter, certes, mais Frédéric Cyr ne fait pas que marcher avec elles… il peut même danser!

À la conquête des saveurs du monde

« J’ai la conviction que l’esprit d’aventure nous apporte à nous réaliser nous-mêmes »

Voilà ce qui l’a amené durant plusieurs années à parcourir les quatre coins de la planète, du Groenland à l’Islande en passant par le Grand Nord à manger du poisson cru avec les Inuits! Puis, pendant environ trois ans, à parcourir le reste du monde dans les cuisines de navires de croisière de luxe. Son insatiable désir d’authenticité l’amène ainsi à s’approvisionner à chaque port de produits frais et locaux. Les passagers découvrent alors dans leur assiette des saveurs reflétant toute la diversité des terroirs visités, ce qui les plonge instantanément dans une expérience à la fois gastronomique et culturelle! Pendant un certain temps, Frédéric Cyr jettera l’ancre aux Philippines où on lui confie les commandes de la cuisine de l’hôtel Radisson Blu dans la ville de Cebu.

Ambassadeur de produits locaux

Sa notoriété et son charisme l’ont mené au sommet de son art, aux commandes de la brigade des chefs de l’une des plus prestigieuses cuisines du monde, contribuant au renouveau de cette grande institution qu’est le Château Frontenac. Figure de prestige, Frédéric Cyr dément l’association avec le snobisme. « Ce n’est pas du tout le cas des gens travaillant ici (…) j’ai toujours pensé que dans le luxe, il y a un sourire! »

Grâce à son paternel (surnommé père du mouvement appelé Farm to table) et sa riche expérience en compagnie du célèbre chef américain Thomas Henkelmann, Frédéric Cyr est lui aussi devenu un fier défenseur de l’approche gastronomique basée sur les produits locaux. Il achète mensuellement des centaines de milliers de dollars de nourriture. « Comme j’achète un gros volume, c’est un privilège d’offrir un soutien quotidien aux producteurs d’ici, me permettant de les appuyer solidement et de prendre part au développement de ces entreprises. » La situation géographique du Château facilite grandement l’intégration de cette cuisine régionale de proximité: « On est au coeur de l’étoile: la route qui mène dans le nord, pour se rendre en Gaspésie, les produits d’importation de Montréal et toute l’Estrie et la Beauce… tous les chemins passent par Québec! »

D’une main de maître Frédéric Cyr marie ces saveurs de notre culture, que ce soit les fraises de l’île d’Orléans, le porc provenant de la rive-sud de Québec, les cailles de Cap-Saint-Ignace, le lait de Charlevoix ou les crustacés de Sept-Îles. 96% des aliments offerts au Château proviennent de fournisseurs locaux en été et rarement moins de 90% en hiver (à cause de l’importation des fruits et légumes). « J’aime laisser mes sous-chefs créer eux-mêmes leurs menus, ce qui apporte une belle diversité dans nos trois restaurants (bistro, banquet et gastronomie, sans compter le bar et le service A à l’étage privé). Ça apporte une offre différente à nos clients, qui peuvent rester avec nous plusieurs jours et toujours avoir l’impression de consommer des choses différentes. »

Une personnalité d’exception

Frédéric Cyr n’est pas seulement un cuisinier, c’est un leader, un grand gestionnaire et un communicateur hors pair très apprécié de ses employés. Sa philosophie culinaire axée sur les plaisirs gourmands n’a pas fini d’éblouir les plus fins palais! La jeune élite entend bien poursuivre avec reconnaissance la voie tracée par son père et toujours accorder une importance particulière aux artisans derrière la table afin de mettre en valeur leurs produits d’exception.

Voici son entrevue:

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel
Michel
10 jours

Wow, félicitations, d’un ex chasseur d’oie de Montmagny!

Ginette Vezina
Ginette Vezina
10 jours

Bravo Frédéric un gars de chez nous. Nous sommes fier de toi xx

Murielle Paquet
Murielle Paquet
9 jours
Répondre à  Ginette Vezina

Bravo Frédéric‼️ Ton père doit tellement être très fier de toi et ta mère aussi ‼️

Jean-Guy Desrosiers
Jean-Guy Desrosiers
10 jours

Bravo Frédéric excellente entrevue et excellent travail. Tu es un ambassadeur extraordinaire!