Le monde littéraire de Dominique Lemieux

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Le monde littéraire de Dominique Lemieux
Dominique Lemieux. Crédit photo: Nadia Morin.

À sa grande surprise, Dominique Lemieux se retrouve finaliste pour le Prix du récit Radio-Canada 2020. Véritable tremplin pour les écrivains canadiens, ce concours est ouvert à toute personne qui écrit de façon amateure ou professionnelle. Dans ce cas-ci, le jeune homme de 36 ans originaire de Cap-Saint-Ignace, qui en était à son premier “vrai » écrit, aurait impulsivement participé à ce concours… par hasard!

Dominique Lemieux évolue dans le monde littéraire depuis plus de 15 ans. Il s’explique encore mal comment cette passion s’est développée en lui alors qu’il a grandi sur une ferme et que le travail occupait pratiquement tout son temps. « Je me rappelle par contre qu’on lisait le journal chaque matin, on se partageait les sections! » Après avoir passé par Sherbrooke puis Montréal pour ses études, M. Lemieux et sa famille se sont finalement installés à Saint-Michel-de-Bellechasse. Dominique Lemieux aura tenu les rênes de la Coopérative des Librairies Indépendantes du Québec (CLIQ) pendant dix ans avant de devenir directeur général de la Maison de la littérature de Québec, poste qu’il occupe depuis maintenant trois ans. Il chapeaute le Festival Québec en toutes lettres, ainsi que la programmation culturelle de 26 Bibliothèques de la Capitale et celle de littératie de la Bibliothèque de Québec.

De grosses chaussures à porter!

Les défis sont nombreux pour Dominique Lemieux qui doit, comme tout le monde, faire face aux nouvelles réalités de 2020. “Comme tous les organismes culturels et les entreprises, c’est de voir constamment à s’ajuster au contexte qu’on traverse. Nous avons des salles de spectacle, au Diamant, au Musée de la Civilisation… alors que la Ville de Québec tombe en zone orange. C’est toute l’énergie que demande l’élaboration de différents scénarios à envisager: A, B, C, D, ne sachant pas lequel on devra appliquer…” exprime-t-il. L’organisation et la promotion des évènements doivent constamment s’ajuster à de nouvelles réglementations. Un défi sans précédent pour le gestionnaire. Dominique Lemieux travaille activement sur la programmation du Festival en toutes lettres de Québec qui se tiendra du 15 au 25 octobre, alors que plusieurs initiatives virtuelles seront proposées. Le responsable de la programmation promet de belles surprises et de grands noms qui seront dévoilés le 29 septembre. Selon M. Lemieux, la littérature québécoise se porte à merveille. “ Elle n’a jamais connu une visibilité sur la scène internationale comme actuellement! Elle est marquée par de grand(e)s auteur(e)s de talent. Avec l’arrivée du numérique il y a quelques années, on a eu peur pour le développement de la littérature et la vente de livres au Québec, mais au contraire! On peut actuellement observer un dynamisme très intéressant.”

Il ne se croyait qu’un lecteur…
Alors qu’il avait quelques heures à occuper pendant la sieste du petit dernier, Dominique Lemieux s’est laissé tenter par l’écriture. “C’est drôle parce que j’ai toujours laissé entendre que je n’avais aucun désir d’écrire et que mon intérêt demeurait en gestion… !” Ce dernier nous confie toutefois tenir un petit journal personnel au quotidien depuis qu’il est papa… journal qu’au grand jamais il ne voudrait partager! “J’ai la chance de côtoyer plein d’écrivain(e)s, c’est peut-être comme ça que j’ai tranquillement développé cette envie d’écrire, mais encore aujourd’hui je ne l’assume pas! Je n’ai pas encore l’intention d’écrire un roman… je suis toujours intimidé par ce statut d’écrivain! Je ne suis pas rendu là du tout dans ma tête!

Un premier récit qui se distingue

Sans prétention ni attentes, Dominique Lemieux laisse aller sa plume et partage le récit d’une enfance fissurée par le handicap d’une sœur. Un texte qui laisse parler son cœur, qui décortique des souvenirs brefs, des doutes, des gestes, des silences et des cris. La vie, comme le bruit des voitures que tu entends au loin, des voitures que tu ne conduiras jamais. Son récit se nomme Le bruit des voitures qui passent. “ Concernant ma source d’inspiration pour ce texte, tout commence avec l’enfance et ce que ça implique de cassures, de refus, de prises de conscience. Il y a l’arrivée de mes propres enfants qui me ramènent invariablement à ces souvenirs. Mais il y a surtout cette sœur, cette grande petite sœur, qui ne maîtrise pas tous les codes pour se raconter, pour vraiment se raconter. Ce texte, je l’imagine comme un dialogue, qui ne pourra jamais vraiment avoir lieu, avec ma sœur.
Lorsque Radio-Canada lui apprend que son texte est retenu pour la grande finale du Prix du récit, les émotions se bousculent. “Je n’avais pas parlé de ma participation à personne! Même pas à ma blonde!” rigole-t-il. “Je devais m’empresser de parler à ma sœur et mes parents pour leur expliquer. C’était important pour moi d’avoir leur appui là-dedans et qu’ils soient à l’aise de faire vivre ce texte dans l’espace public. Ils ont été très émus et heureux de faire entendre cette réalité, ce point de vue dans notre société.” Il explique avoir ensuite été libéré d’une pression monumentale. La personne gagnante remportera, en plus de la publication de son texte sur le site de Radio-Canada, une résidence d’écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta, ainsi qu’une bourse de 6 000 $ offerte par le Conseil des arts du Canada. Voyez l’entrevue de Dominique Lemieux sur notre site web.

Pour les curieux, voici le récit de M. Lemieux: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1735131/finaliste-prix-recit-concours-ecriture-2020-dominique-lemieux?depuisRecherche=true

Concernant la Maison de la littérature de Québec

Un concept unique en Amérique du Nord: composante majeure de la Bibliothèque de Québec, la Maison de la littérature abrite une bibliothèque publique et une exposition permanente sur la littérature québécoise, des cabinets d’écriture, un atelier de BD, un studio de création, une résidence d’écrivains, un salon de quiétude, ainsi qu’une programmation culturelle présentée sur la scène littéraire. C’est un lieu de création, de rencontre et d’animation au service de la littérature, quoi! Cette dernière est aménagée dans l’ancien temple Wesley, au cœur du Vieux-Québec: un concept architectural qui a fait l’objet d’une audacieuse transformation intérieure auquel s’ajoute un bâtiment moderne.

Voici l’entrevue avec Dominique Lemieux:

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires