Le moral de l’Everest va mieux

Le moral de l’Everest va mieux

Après une défaite 3-1 contre le Collège Français de Longueuil et une victoire 4-1 face aux Braves de Valleyfield en cette première fin de semaine de décembre, l’Everest semble prêt et déterminé à remonter la pente. L’entraineur Simon Olivier se dit fier de ses joueurs qui ont suivi les plans de match tout au long du week-end.

Bâtir son identité
Cela prend plus qu’une saison à une équipe pour se bâtir une identité. L’Everest commence déjà à avoir de bonnes bases malgré le fait qu’il en soit à sa première année. « On continue de travailler sur la façon de jouer, le caractère et la culture qu’on veut instaurer à nos jeunes joueurs », avance le coach. L’aspect plus physique a pris beaucoup de place dimanche et c’est ce qu’on semble vouloir mettre de l’avant pour l’équipe. La robustesse a été utilisée en réponse aux Braves qui sont qualifiés comme l’équipe la plus physique du circuit.

L’ajout de Maxime Charbonneau, le #13, semble un atout important à l’équipe. « La présence de Maxime amène de la confiance au reste de l’équipe. Il nous a permis de mettre des joueurs dans des alignements plus adéquats pour eux et il contribue très bien offensivement », partage l’entraineur. Maxime s’est d’ailleurs mérité le titre de joueur du match Banque nationale lors du dernier affrontement.

Vue sur les séries
Dans un monde idéal, l’Everest finirait parmi les six premières équipes au classement général, ce qui lui permettrait d’affronter des équipes plus faibles en première ronde éliminatoire. Simon Olivier avoue que ce serait une aspiration, mais que ce n’est pas un but à atteindre à tout prix. Il préfère former ces jeunes joueurs en appliquant une vision à long terme.