Menace économique, l’agrile du frêne s’invite sur la Côte-du-Sud

Journal L'Oie blanche
Menace économique, l’agrile du frêne s’invite sur la Côte-du-Sud
L'agrile du frêne.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé aujourd’hui la présence de l’agrile du frêne à Saint-Jean-Port-Joli. Cette nouvelle détection se situe à l’extérieur des zones actuellement réglementées pour cet insecte au Canada.

Après avoir analysé la situation et évalué le risque de propagation de l’agrile du frêne dans les territoires adjacents, l’ACIA a décidé d’agrandir la zone réglementée au Québec afin d’y inclure la Côte-du-Sud, soit les MRC de Montmagny, L’Islet et Kamouraska.

Il est interdit dès maintenant de déplacer tout produit du frêne, comme les billes, les branches et les copeaux de bois, ainsi que toutes les espèces de bois de chauffage à l’extérieur des zones réglementées pour l’agrile du frêne. Toute personne ou tout organisme qui désirerait le faire, comme les pépinières, les scieries, les entreprises forestières, les établissements de bois de chauffage ou même les municipalités, doit d’abord communiquer avec le bureau de l’ACIA de sa région afin de demander une autorisation écrite.

Bien que l’agrile du frêne ne pose aucun risque pour la santé humaine, il s’agit d’un insecte ravageur très destructeur pour les frênes. Il en a déjà tué des millions au Canada et aux États-Unis. Cet insecte représente une menace économique et environnementale importante pour les régions urbaines et boisées de l’Amérique du Nord.

L’ACIA continue de collaborer avec ses partenaires et organismes fédéraux, provinciaux, municipaux et des Premières nations dans le but de ralentir la propagation de ce ravageur.

Un frêne.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de