12 juillet 2024

24 000 $ accordés à deux projets citoyens

La Municipalité de Saint-Jean-Port-Joli annonce que deux projets ont été retenus dans le cadre de son appel à projets citoyens. L’organisation artistique Ramur et l’École Saint-Jean, en collaboration avec Magny-Gym, bénéficieront chacun d’une somme de 12 000 $. Rappelons qu’initialement, l’appel à projets communautaires sous le nom « Et si on le faisait en 2023? », visait les initiatives prônant le bien-être de la collectivité en plus de nourrir le sentiment d’appartenance des citoyens. Au total, le service à la vie communautaire a reçu cinq projets. Un comité de sélection a fait des recommandations sur les projets à proposer. Le premier retenu, « Rouler, sauter, grimper et Saint-Jean-Port-Joli! », consiste à l’achat d’équipement pour la gymnastique à l’École Saint-Jean. C’est une façon d’offrir le matériel nécessaire à Magny-Gym pour réaliser ses activités récréatives adéquatement dans les locaux de l’école primaire. Les jeunes pourront ainsi pratiquer leur sport sans devoir se déplacer dans la municipalité voisine. Selon les informations de la Municipalité, le volet communautaire du projet prévoit offrir 15 inscriptions gratuites à des enfants de Saint-Jean-Port-Joli. Le deuxième consiste en la création d’une murale collective par Ramur. Cette organisation est à la tête de la murale peinte sur les murs extérieurs de la bibliothèque municipale, à proximité de l’école Saint-Jean. Pour l’édition 2023, l’emplacement de la nouvelle murale reste encore à déterminer. Deux endroits sont présentement ciblés, soit le mur de l’aréna, le Centre Rousseau, ou un mur de l’École Saint-Jean. Voilà une belle façon d’enjoliver un mur de couleurs éclatantes! Il s’agit également d’une façon de montrer le côté artistique de la municipalité. Tout comme l’an dernier, la population sera invitée à participer aux activités offertes dans le cadre de l’événement proposé par Ramur. « Ces initiatives citoyennes se sont démarquées dans leur présentation soignée par un souci d’agir pour le bien-être et le dynamisme de notre communauté, en plus d’être bien attachées au milieu », explique Éric Thivierge, directeur de la vie communautaire.