15 avril 2024

Des règles pour éviter la dégradation du lac Trois-Saumons

Plusieurs démarches sont en cours dans les municipalités de Saint-Aubert et de Saint-Jean-Port-Joli pour protéger le lac Trois-Saumons, source d’eau potable importante. Bien que le lac se porte bien présentement, Saint-Aubert souhaite sensibiliser la population et instaurer des recommandations afin d’empêcher l’accélération de son vieillissement.   Près d’une cinquantaine de citoyens s’est rassemblée le 20 juillet dernier afin d’assister aux résultats d’études réalisées dans les dernières années sur la santé du lac Trois-Saumons par le biologiste Marc Bélanger. Selon les différents facteurs, il conclut que le lac est en bonne santé. Soulignons que les composantes évaluées pour constater son état sont la transparence de l’eau, la présence de chlorophylle et de phosphore. « Dans la vie des lacs, si on compare à la vie humaine, il est comparé à un adolescent avancé », explique François Diguer, conseiller à la municipalité de Saint-Aubert, responsable du projet. Ce dernier assure qu’il est en bonne santé, mais puisqu’il y a 400 résidences l’entourant, son vieillissement est accéléré. « On est dans une zone où on sent que le lac commence à vieillir, mais il n’y a rien de dramatique. » De plus, il est observé que certains vont acheter des chalets trois saisons, les détruisent et se construisent de grosses maisons. Leurs activités, par exemple, avec des bateaux plus imposants, peuvent nuire davantage aux berges et accélérer l’érosion augmentant les sédiments dans l’eau. Les Municipalités de Saint-Jean-Port-Joli et de Saint-Aubert ont d’ailleurs récemment mandaté l’OBV Côte-du-Sud afin d’avoir une idée claire sur ce sujet pour déterminer quels éléments à mettre l’emphase pour sa conservation. La Municipalité de Saint-Aubert est fière de percevoir l’intérêt de la population à sa préservation. « Ça montrait que les citoyens étaient intéressés par l’état de santé du lac et qu’ils étaient préoccupés par tout ce dont il était question des changements climatiques. » Rappelons que le lac Trois-Saumons est la source d’eau potable de 5000 citoyens. M. Diguer indique que depuis les dernières élections, la protection du lac est devenue un dossier prioritaire. Le conseil a à cœur la protection de l’environnement et le développement durable. Un plan à respecter Un dépliant a été réalisé par la Municipalité de Saint-Aubert afin de présenter des recommandations à suivre pour préserver le lac. La carte suggère deux zones pour pratiquer les sports motorisés pour les bateaux à vagues, motomarines et autres. M. Diguer souligne que c’est une façon de concentrer les activités aux mêmes endroits, soit les parties les plus profondes et les plus éloignés des berges. La carte vise notamment à protéger les herbiers pour éviter que les hélices de bateau coupent la végétation pouvant causer leurs multiplications. Trop de végétations peuvent étouffer la vie dans le lac et dégrader l’état des profondeurs. « On va installer des bouées pour éviter que les gens circulent dans ces zones. On a créé autour du lac une bande de protection de 125m. Ce qu’on demande aux gens, c’est de circuler à vitesse réduite, ne pas faire de vagues et si tu pars de la berge, de partir de façon perpendiculaire pour protéger les zones peu profondes. » Suivi Après la présentation de la carte, certains étaient sceptiques à savoir si les recommandations allaient réellement être respectées considérant qu’ils ne s’agissaient pas de règlements concrets. M. Diguer souhaite convaincre la population de faire attention et la municipalité fera le point dans un an ou deux pour évaluer son efficacité. S’ils s’aperçoivent que ce n’est pas suffisant, des démarches plus coercitives pourraient être entamées. « On fait le pari que la majorité des gens vont adhérer à ça et que ça va améliorer la situation. » Des panneaux à la station de lavage et à la rampe de la mise à l’eau de la carte vont également être installés pour informer les utilisateurs des règles à respecter. Notons que plusieurs actions sont également en cours pour contribuer au bien-être du lac, dont la revitalisation des berges. Près du tier des résidents effectuent des actions concrètes pour la protection du lac. Une station de lavage est mise à disposition pour décontaminer les bateaux.