Obsolète: le deuxième roman d’Alexandra Gilbert

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Obsolète: le deuxième roman d’Alexandra Gilbert
Alexandra Gilbert (Crédit photo: Julia Marois)

Alexandra Gilbert était de passage dans sa ville natale pour une séance de signature à la Librairie Livres en tête, afin de lancer son tout nouveau roman nommé Obsolète. La bachelière en études littéraires était bien fébrile d’enfin présenter le fruit de plusieurs années de travail littéraire. Ce deuxième opus a été rendu possible grâce à une bourse reçue de la part du Conseil des Arts et des lettres du Québec.

Thèmes profonds

Obsolète aborde le rapport de l’humain face aux objets et de la façon dont ses possessions reflètent sur ses valeurs. L’autrice s’interroge également sur leur disposition éventuelle au moment du décès. Ce roman porte sur la perte d’intérêt pour le patrimoine à l’ère du consumérisme et des changements climatiques, de même que des choix personnels qui s’offrent à nous, individuellement et en tant que société.

Synopsis

Marie est le personnage principal. Suite au décès de son père, elle doit disposer de l’immense collection d’antiquités qu’il possédait. Pour l’aider à respecter une clause testamentaire importante, elle ira chercher de l’aide auprès de personnages teintés de valeurs et d’idéaux tels qu’un antiquaire, un survivaliste ainsi que son propre conjoint qui consomme à outrance. Son parcours sera marqué par un étrange pistolet qui a traversé le temps et ce leg porte en lui une histoire fascinante…

Un deuxième roman

Malgré son métier très prenant en tant que conseillère aux affaires étrangères au Gouvernement du Canada, Alexandra Gilbert est une vraie passionnée d’écriture. Suite à de nombreuses collaborations dans différentes revues et recueils l’ayant mené à son premier roman Gourgane, elle poursuit sa réflexion sur le retour à la maison, le déclencheur d’une prise de conscience. Avec Obsolète, elle constate déjà lors de séances de dédicaces, un plus grand retour de son lectorat. « Beaucoup de gens viennent me voir pour me raconter leur propre histoire, souvent similaire à celle de Marie… je trouve cela très émouvant! » admet-elle.

Beaucoup de « Montmagny » dans ce livre

Alexandra Gilbert est la fille du Magnymontois Alain Gilbert. Ce dernier est bien connu dans la région puisqu’il a enseigné les arts plastiques à l’école secondaire Louis-Jacques-Casault pendant plus de 25 ans, menant parallèlement une carrière de peintre et de sculpteur. La Bibliothèque de Montmagny lui aura consacré une exposition présentant une « Rétrospective » de sa carrière en 2019. « La couverture d’Obsolète est d’ailleurs tirée d’une œuvre de son père. « C’est une toile qu’il a peint lors de son parcours aux Beaux-Arts et qui représentant l’évolution de l’humanité. C’était l’image parfaite pour mon dessus de livre! »

Mme Gilbert s’identifie beaucoup à ce dernier roman. « Le déclencheur de cette histoire est ma propre expérience… lorsqu’il a fallu « casser maison » pour mon père qui aménageait en maison de retraite, j’ai dû moi aussi disposer, au mieux, de sa collection d’antiquités québécoises du XIXe siècle. J’ai réalisé à quel point la perte d’intérêt est grande! » précise-t-elle.

L’autrice souligne cependant plusieurs aspects la différenciant de Marie. Par exemple, la relation avec son père. « Je ne me suis jamais senti délaissée et j’adore les antiquités, contrairement au personnage de mon livre. » Elle enchaîne: « Je suis moi-même un alliage d’antiquités québécoises, je me meuble désormais avec ce que je trouve dans les ruelles montréalaises et j’habite en été une roulotte alimentée par des panneaux solaires et l’eau de pluie. »

Mme Gilbert désire maintenant faire davantage de place à l’écriture dans sa vie. Parions qu’Obsolète ne sera pas son dernier roman! Vous le trouverez d’ailleurs aux éditions Stanké et dans une librairie près de chez vous!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires