Que va-t-on faire avec nos enfants cet été?

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Que va-t-on faire avec nos enfants cet été?

Les places offertes aux camps estivaux se sont envolées à la vitesse de l’éclair. En effet, quelques minutes seulement après l’ouverture officielle des inscriptions en ligne sur le site de la Ville de Montmagny, tous les groupes d’âge affichaient déjà complet. Un réel casse-tête pour plusieurs parents de la région.

Une année particulièrement difficile

« C’est une année très particulière… alors qu’on pensait revenir à une certaine normalité… » se désole Jean-François Roy, directeur des loisirs, de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Montmagny. Jusqu’à maintenant, l’offre au Camp de jour tenait bien la route mais l’arrivée de la pandémie a tout fait chambouler. À pareille date l’an dernier, l’administration s’adaptait jusqu’à la dernière minute aux nouvelles normes de la Santé publique et n’avait eu d’autre choix que de restreindre la quantité de places disponibles afin de se conformer aux règles de l’Association des camps de jour du Québec, organisme affilié. Cet été, d’autres éléments externes viennent s’ajouter au puzzle.

Facteurs d’influence

Bien que les choses semblent revenir à la normale, des facteurs majeurs se répercutent sur l’organisation. Gabrielle Brisebois, conseillère responsable du comité des aînés et de la famille, explique d’abord que la demande des parents a explosé, comparativement aux deux derniers étés. La pénurie de main-d’œuvre est également un problème généralisé et le recrutement municipal n’y fait pas exception. « Actuellement, on a une dizaine d’animateurs en moins qu’à l’habitude », souligne M. Roy. Il explique qu’une importante cohorte d’anciens animateurs est partie pour le marché du travail. Les effets de la pandémie auraient aussi eu un impact sur la motivation de certains jeunes travailleurs, notamment en raison de la distanciation et des restrictions sociales. Autre point majeur, la Ville a le devoir de traiter à égalité les inscriptions d’enfants qui ont des besoins particuliers et qui sont de plus en plus nombreux – il sont actuellement une dizaine. Dans plusieurs cas, on parle d’un animateur pour accompagner un ou deux enfants. « On veut absolument que ces enfants puissent avoir le même service que les autres, mais ça demande beaucoup plus de ressources humaines. » Mme Brisebois affirme qu’il est essentiel pour la Ville d’être en mesure d’offrir ce service, ne serait-ce que pour donner un certain répit aux parents, dans un milieu sécuritaire et contrôlé.

Le défi du recrutement

Le Service des loisirs s’affaire actuellement à trouver des solutions pour renverser la situation. Une campagne de recrutement bat d’ailleurs son plein afin de trouver de nouveaux animateurs pour l’été. La Ville a élargi ses offres d’emploi, repoussé les dates limites de recrutement et sollicité le personnel d’âge adulte. Un incitatif vient également d’être mis en place: la carte Été Max, destinée à tous les employés municipaux avec un statut d’étudiant. « Cette carte leur permettra de bénéficier des attraits que l’on a, comme l’accès gratuit au terrain de tennis, à la piscine intérieure ainsi qu’au parc aquatique Pointe-aux-Oies ». Jean-François Roy invite chaleureusement toutes les personnes possédant des aptitudes pour l’animation, un esprit d’équipe et appréciant travailler à l’extérieur, à poser leur candidature. Il encourage également les gens ayant une certaine envie de se diriger en services spécialisés à venir s’informer sur les nombreux postes disponibles en loisirs adaptés.

Voici une autre initiative de la Ville de Montmagny quant au recrutement du secteur des loisirs adaptés.

https://www.facebook.com/watch/?v=1259681724802136

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires