Réveillez-vous!

Photo de Céline Chabot
Par Céline Chabot
Réveillez-vous!
Greta Thunberg.

Non, je ne fais pas référence au magazine édité par les Témoins de Jéhovah avec ce titre. Je m’intéresse plutôt au message que lancent actuellement les jeunes qui se mobilisent partout sur la planète afin de clamer d’une seule voix leurs revendications environnementales.

Bravo les jeunes, vous qui avez marché ensemble dans plus d’une centaine de pays!

Enfin on se serre les coudes. Enfin on s’entend sur une priorité mondiale. Enfin vous parlez haut et fort devant ceux qui vous ont précédés et qui vous lèguent une planète dans un état lamentable. Imaginez, c’est un peu comme si vous emménagiez dans un nouveau logement pour y découvrir la crasse et la vermine qu’on vous a laissé le soin de nettoyer.

La grève étudiante pour le climat, initiée par la jeune Suédoise Greta Thunberg, a amené des millions d’élèves et étudiants dans la rue le 15 mars dernier, dont 150 000 au Québec. Les Mathieu Bock Côté et autres chroniqueurs de ce monde aimeraient mieux les voir en classe? Je laisse à Greta Thunberg le soin de leur répondre : « Pourquoi devrais-je étudier pour un futur incertain, quand personne ne lève le petit doigt pour garantir notre avenir? Pourquoi apprendre à l’école des faits qui, même soutenus par la science, ne signifient rien aux yeux de nos politiciens et de la société en général? Bien sûr, nous avons besoin d’espoir mais plus que tout, nous avons besoin d’action!* »

Prise de conscience internationale

L’essentiel ici est la mobilisation car il ne s’agit pas, évidemment, d’encourager quiconque à sécher ses cours. Mais qui va la remettre à l’endroit, notre planète? Qui va vivre avec les conséquences de nos gestes? Eux, bien sûr, les jeunes d’aujourd’hui et les générations futures. Encourageons-les à s’affirmer, à conscientiser leur entourage, à réclamer des actions concrètes de la part de nos dirigeants. Nous leur devons bien ça! Après moi le déluge? Très peu pour eux!

Des jeunes informés et articulés

Comme il s’agit de sensibilisation, le message devra être porté par des jeunes bien au fait de ce qui se joue. Si plusieurs le sont déjà, il leur faudra éviter d’entraîner dans le débat : casseurs, illuminés, extrémistes et joyeux drilles sur le party. Là réside le plus grand danger. Il est facile de perdre sa crédibilité quand un imposteur fait tout foirer. Sans ces saboteurs, ils auront plus de chances d’y arriver.

* Extrait d’un « TED talk », le 15 mars 2019, de la jeune suédoise qu’on a proposée pour le Nobel de la paix. Traduction libre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de