Une autre façon d’aider

Photo de Marie-Eve Picard
Par Marie-Eve Picard
Une autre façon d’aider

Pour plusieurs, la période du confinement aura permis d’attaquer de front le fameux grand ménage printanier. Enfin du temps pour trier ces objets enfouis dans des tiroirs ou des pièces oubliés de la maison! C’est ainsi que des poches de vêtements et des tonnes d’articles variés ont inondé les locaux de la Société de la Saint-Vincent-de-Paul, si bien que pour la réouverture au public, la direction a dû réaménager les lieux dans un espace plus vaste.

Heureusement, l’organisme a pu compter sur la collaboration du généreux partenaire qu’est la direction de l’église Saint-Mathieu qui a  accepté de l’accommoder temporairement en prêtant la grande salle centrale. Bénéficiant d’une superficie cinq fois plus grande qu’auparavant, l’organisme a pu étaler sa marchandise de façon efficace, permettant aux usagers de circuler en respectant les deux mètres de distanciation sociale en tout temps. « La grande salle est devenue disponible à cause des restrictions gouvernementales interdisant les rassemblements. Nous ne savons pas combien de temps nous pourrons en bénéficier, mais cet espace est plus qu’essentiel pour nous permettre de fonctionner présentement », souligne la présidente Suzette Bernier.

Générosité du milieu

De toute évidence, cette période très difficile de pandémie n’aura pas réussi à freiner l’élan de générosité des Magnymontois. La Société de la Saint-Vincent-de-Paul a aussi reçu une aide financière de 2 500$ en provenance de Cogeco et NousTV Montmagny. Deux contributions additionnelles de 1000$ provenant de la ministre déléguée au Développement économique régional, Mme Marie-Eve Proulx ainsi que des Arts de la scène de Montmagny, grâce au premier Show du confinement, s’ajouteront en soutien à l’organisme, dont la mission est de prêter secours aux gens dans le besoin devenus trop nombreux.

Au service des plus démunis

Pourtant socialement active depuis 142 ans au Québec, la Société de la Saint-Vincent-de-Paul reste encore méconnue pour plusieurs quant à sa desserte de services. « Nous aidons les plus démunis à combler leurs besoins essentiels et nous sommes tous des bénévoles. Aujourd’hui, nous sommes sept personnes et aucun parmi nous n’est salarié! Nous devons payer notre loyer chaque mois sans exception ainsi que les factures de téléphone qui nous permet d’être accessible aux gens dans le besoin. Notre seule façon de redonner aux autres se fait par la vente de vêtements et d’articles variés comme vous voyez ici. Heureusement, la Guignolée des médias nous permet chaque année d’amasser des sous pour survivre. Mais plus que jamais, les besoins sont criants et nous devons tenir le fort et être présents pour les gens souffrant de pauvreté. »

Mme Bernier souligne que les locaux sont accessibles pour faire de belles trouvailles les mardis et jeudis, de 9 h à 15 h, au sous-sol de l’église Saint-Mathieu. « Nous avons de très beaux vêtements et aussi toutes sortes d’articles, de cuisine, de décoration et de literie que nous vendons à des prix modiques et sans taxes. Votre argent retourne directement dans la communauté. N’hésitez pas à venir nous visitez dans un lieu sécuritaire. Nos articles ont été mis en quarantaine pour un magasinage sécuritaire. La désinfections des mains est obligatoire et nous offrons des gants et masques aux gens à l’entrée », de conclure Mme Bernier.

Voici l’entrevue accordée par Mme Bernier:

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de