24 mai 2024

Aura-t-on une saison de motoneige à l’hiver 2025?

Alors que la cause de l’Agence de vente du bois de sciage et déroulage du Syndicat des producteurs de bois de Côte-du-Sud (SPBCS) a été mise en délibéré à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ), l’Association des propriétaires de bois privés des Appalaches (APBPA) soutient qu’il est possible que ses membres prennent la décision d’enlever le droit de passage des motoneiges sur leurs terrains lors de la prochaine saison. Le président, Raynald Nadeau, soutient que même si le moyen de pression a fait réagir dans les dernières semaines, il s’agit de l’un des seuls auxquels les propriétaires peuvent toujours avoir recours afin de démontrer leur désaccord par rapport au projet.

Pendant environ deux semaines en février, plusieurs propriétaires de bois privés dans la région de Montmagny-L’Islet ont retiré les droits d’accès aux motoneigistes sur leur terrain, forçant ainsi la fermeture de plusieurs sentiers. Cette initiative visait à manifester contre le projet d’Agence du SPBCS. À la suite de rencontres entre l’APBPA et les clubs de motoneige, la décision a été prise de permettre à nouveau le passage, au moins jusqu’à ce que la Régie remette sa décision par rapport au dossier.

À la suite d’une réunion de secteur entre le SPBCS et les producteurs de la région, M. Nadeau mentionne que le moyen de pression qui avait été mis en place semblait avoir fait réagir beaucoup plus la population que le Syndicat. Les propriétaires compteraient toutefois s’en servir à la prochaine saison si le projet d’Agence de vente du bois de sciage et de déroulage était approuvé par la Régie.

« Si on nous enlève le droit de vendre notre bois comme on le veut, le seul droit qui reste aux propriétaires est de permettre ou non le droit de passage sur leur terrain. »

M. Nadeau rappelle que la décision d’enlever les droits de passage était celle des propriétaires et non celle de l’APBPA. L’Association n’agit qu’à titre de porte-parole pour ses membres, selon le président.

À noter que le Journal fera prochainement un suivi auprès du Syndicat afin de connaitre sa position par rapport à cet enjeu.