19 juillet 2024

La Déesse de la mer offerte à Saint-Jean-Port-Joli

Robert Roy, sculpteur, et Raynald St-Pierre, collaborateur, ont fait don de la sculpture « La Femme et la Mer » à la municipalité de Saint-Jean-Port-Joli. Le dévoilement officiel s’est fait ce 23 juin au quai, là où la sculpture pourra désormais observer l’horizon. M. St-Pierre rêvait depuis plus de 10 ans qu’un projet comme tel voie le jour. Après avoir discuté avec M. Roy, ils ont finalement décidé de se lancer dans sa conception. M. Roy aura pris un an à la réaliser afin de s’assurer qu’elle réponde bien à ses attentes. Il est à noter que le projet s’est fait totalement de façon bénévole. M. St-Pierre a toutefois fourni à l’artiste le matériel pour faire naître la Déesse. Elle est constituée de pierre de Saint-Marc. Il est d’ailleurs possible d’y voir des coquillages incrustés directement dans la pierre.  

« C’est une femme qui attend au bout du quai, vêtue de ses plus beaux vêtements et d’un diadème. (…) Elle regarde vers l’horizon à l’attente de l’arrivée de son grand amour pour se marier. » Nue pied, elle fait allusion à une paysanne voyageuse, et plusieurs éléments, incrustés dans l’œuvre, font référence à la mer. M. Roy voulait également mettre une touche autochtone en lui mettant des tresses dans les cheveux. C’est une statue d’une valeur inestimable, selon les personnes à la tête du projet.

Pour assurer la prospérité de la statue, ils ont choisi de l’offrir à la municipalité. Célébrant les 100 ans de la sculpture cette année, M. Roy espère que le don permettra d’inciter certains à se lancer dans le domaine de la sculpture considérant le peu de relève à l’heure actuelle. Le maire de Saint-Jean-Port-Joli, M. Normand Caron, est très heureux qu’un tel don soit offert à la municipalité. « Ça rappelle l’historique de Saint-Jean-Port-Joli au niveau de la sculpture et de la mer», élabore-t-il. La statue est munie d’une plaque expliquant la signification derrière l’œuvre. « Que ce soit la Vierge ou les déesses antiques, elles contrôlent les éléments de la nature et peuvent donc intervenir en faveur des humains », peut-on y lire, vers la fin de la description.