14 juin 2024

Magny Danse sur une bonne lancée!

Les ateliers Magny Danse célèbre ses 35 ans d’existence cette année. Après une période plus difficile pendant la pandémie, l’école de danse prévoit l’élaboration de nombreux projets dont l’ajout de cours parascolaires et peut-être même l’initiation d’une concentration danse. Une chose est certaine, la passion de la danse se fait ressentir parmi les danseurs bien impliqués dans tout ce qu’ils font.

Marie-Christine Ouellet fait partie de Magny Danse depuis les tout débuts de l’organisation. Elle occupe le rôle de coordonnatrice depuis 2021, en plus d’être enseignante de danse orientale depuis plus de 20 ans. L’école l’a initiée à la danse et lui a permis de se développer une passion, devenue aujourd’hui son métier à temps plein. Des groupes de tous les âges, de 2 à 70 ans, adhèrent aux différents cours proposés, soit le ballet, le hip-hop, le contemporain, etc. Il y en a pour tous les goûts. Au total, 21 groupes remplissent la plage horaire de l’organisation. D’ailleurs, depuis l’an dernier, Magny Danse a mis en place un groupe multistyle s’adressant aux adultes. Plusieurs projets à venir sont envisagés par l’équipe. Entre autres, le volet parascolaire, dès l’année prochaine, ainsi que l’ajout d’une concentration danse au sein de l’école.

« On travaille fort pour développer l’école davantage pour offrir plus de services dans la région aussi. On sait que les écoles primaires en veulent du parascolaire!», explique la coordonnatrice.
La première étape sera donc d’initier le parascolaire pour tranquillement instaurer la concentration. Celui-ci se déroulera soit à l’heure du midi ou après l’école. Les participants pourront découvrir les différents types de danse pendant l’année. Étant complémentaire, les jeunes danseurs pourront découvrir ce qu’ils aiment vraiment et, peut-être ainsi, se développer une passion. Les danses multiculturelles telles que le Bollywood et la danse africaine y seront présentées. « C’est une bonne façon de s’ouvrir sur le monde! » 35 ans cette année Rappelons que Mme Paule Boulanger a fondé Magny Danse il y a de cela 35 ans. En plus de l’élaboration de différents ajouts, l’organisation aimerait s’attarder sur la revitalisation de l’un de ses locaux, en partenariat avec l’école secondaire. Un nouveau logo a été élaboré et initié pour leurs célébrations afin de bien représenter la diversité de Magny Danse qui rejoint autant les filles que les garçons. De plus, ils travaillent présentement à la formation d’un nouveau site web ainsi qu’à une stratégie en ligne pour que l’école puisse être plus présente sur Facebook et rejoindre ainsi une plus grande clientèle. Un spectacle en décembre sera dédié à la thématique de la fête et quelques surprises seront prévues, notamment pour célébrer leurs 35 ans.

Un mode d’expression Mme Ouellet affirme que la danse est un mode d’expression « extraordinaire ». « Il y a des enfants qui n’ont pas confiance en eux, mais quand ils dansent, ils rayonnent. Tout d’un coup, ça devient une deuxième peau. » Le fait de voir des personnes qui aiment ce qu’elles font, ça leur donne une dose de bonheur dans leur semaine. Pour le bien-être physique, la danse est très bénéfique pour le corps sous tous ses aspects. Sur une relancée Tout comme pour chaque organisation, la pandémie a affecté l’équipe. Malgré les pauses forcées, la clientèle ne cesse d’augmenter. « On n’est pas revenu au nombre d’inscriptions qu’on avait dans les années avant la COVID, alors qu’on avait 300 élèves, mais on en dénombre tout de même présentement autour de 220. » Ils ont également pu relancer le camp de danse offert durant l’été en août. « On sent qu’on est dans un bel élan de remontée pour le camp et pour la danse», souligne Mme Ouellet. Cette dernière précise que même si l’école va bien et qu’elle est sur une belle lancée, en ce moment, c’est au niveau du secondaire que c’est plus critique. « Plusieurs sont partis pour le cégep ou ont arrêté durant la pandémie; ce qui fait que nous n’avons pas beaucoup de clientèle. On espère tranquillement, avec les groupes de jeunes du primaire qui vont monter au secondaire, pouvoir relancer ce volet.» Le spectacle de fin d’année se déroulera en deux représentations le 6 mai. Spécifions que lors du dernier spectacle, qui a eu lieu en décembre, tous les billets ont été vendus. Une belle façon de dire que l’école va bien, selon Mme Ouellet.

À la recherche de la perle rare... Bien que Magny Danse ne vit pas de manque d’entraîneurs pour ses cours, il n’en demeure pas moins que l’organisation recherche actuellement… la perle rare! Marie-Christine Guay a permis de développer durant plusieurs années l’organisation. « Elle a vraiment créé une stabilité à l’école!» Désormais, le conseil d’administration et Mme Ouellet aimeraient trouver un ou une professeur(e) présent(e) à temps plein, prêt(e) à poursuivre les différents projets avec eux et à assurer cette stabilité. « Quelqu’un qui pourra faire du parascolaire de jour, nous aider à faire la concentration danse. Ça va nous aider à développer l’école. » Le but ultime est de trouver quelqu’un qui veut vivre de l’enseignement de la danse pendant la semaine. Notons qu’actuellement, plusieurs entraîneuses étudient au cégep ou à l’université. Il peut en résulter une complication au niveau des horaires à certains moments.