17 juillet 2024

RAMUR laisse sa marque au Centre Rousseau

Le collectif RAMUR était de retour cette année pour ajouter une touche de couleur au Centre Rousseau de Saint-Jean-Port-Joli. Les artistes Vean et Huereck ont travaillé ensemble afin d’embellir un mur de l’aréna, sous la thématique du sport. La présence de RAMUR était également l’occasion d’organiser une journée familiale où l’art était à l’honneur. Vean, ami proche de Huereck, habite à Saint-Jean-Port-Joli depuis environ cinq ans. Ils ont décidé de collaborer dans la mise en place de ce projet. Les deux ont réalisé l’an dernier la murale à l’extrémité de l’école Saint-Jean et de la bibliothèque municipale. Soulignons que les deux artistes sont également spécialisés dans le tatouage. L’idée de réaliser une deuxième murale à Saint-Jean-Port-Joli a germé alors que la Municipalité lançait un appel à projets citoyen qui, rappelons-le, visait à encourager les initiatives prônant le bien-être de la collectivité en plus de nourrir le sentiment d’appartenance. Leur projet d’art, soit la création d’une murale et d’un événement artistique, a été retenu. Huereck, qui habite en France, a travaillé à distance avec Vean afin de réaliser le croquis de la future œuvre.

Ils se sont concentrés chacun sur un personnage. Ils ont travaillé en complémentarité afin que les motifs et les couleurs s’agencent bien. Huereck est heureux de voir que du graffiti sur les murs devienne de plus en plus normalisé et que des artistes comme eux puissent bénéficier de ces espaces pour laisser aller leur créativité. C’est une œuvre qui va rester plusieurs années, alors il s’agit d’une marque significative pour les artistes. Plusieurs défis! Au départ, l’école était visée à nouveau cette année. Toutefois, après discussion avec les administrateurs de la municipalité, il a été convenu que l’aréna serait l’endroit choisi. Un défi de plus pour le duo, puisque le mur du Centre Rousseau constituait une plus grande surface. De plus, Vean a l’habitude d’inclure des animaux mythiques dans ses œuvres, alors un joueur de hockey et un jeune avec sa planche à roulettes le sortaient de sa zone de confort.

Au départ, la murale devait prendre une semaine à réaliser. Toutefois, la finition de l’œuvre a nécessité un peu plus de deux semaines. Les nombreuses journées pluvieuses ont ralenti le projet. Au total, 200 canettes de peinture ont été utilisées afin d’obtenir le résultat voulu. Ils ont pu conclure la murale officiellement le 13 septembre en y inscrivant leurs noms. Bien apprécié Depuis le début des activités à l’aréna, ils ont eu beaucoup de belles réactions d’enfants qui voyaient la murale pour la première fois. Un passant leur a d’ailleurs mentionné être touché par cette œuvre. Auparavant complètement grise, la touche de couleur est bien appréciée. « Plusieurs personnes disaient qu’il manquait quelque chose ici! », précise Vean.

Événement d’art L’événement de l’aréna s’est tenu le 2 septembre dernier, alors que les participants ont réalisé des croques-livres qui seront installés cet automne dans la municipalité. Ce projet était réalisé en collaboration avec la bibliothèque. De la musique animait les lieux et Atelier Batard a effectué de la sérigraphie sur place.

Après une année d’existence du RAMUR, Vean, instigateur du projet, indique qu’ils sont encore en développement et ouverts aux demandes. Ils aimeraient revenir l’an prochain pour créer une nouvelle œuvre sur les murs d’un établissement de la municipalité de Saint-Jean-Port-Joli.

Au tour de Sainte-Louise!

La Municipalité de Sainte-Louise a également pu bénéficier des talents du duo de RAMUR. Une murale a été réalisée au garage vis-à-vis le Marché aux Caissons. La population était invitée pour l’occasion, le 27 août dernier. Les gens ont eu la possibilité de laisser leur marque sur cette œuvre collective. Les nombreuses couleurs prêtent vie à un animal mythique