16 avril 2024

Saint-Jean-Port-Joli célèbre ses 100 ans d’histoire de sculpture sur bois

Saint-Jean-Port-Joli était à la fête le 7 mai dernier afin de célébrer les 100 ans de la sculpture sur bois. Les frères Bourgault ont marqué la vie artistique de la municipalité afin qu’elle devienne telle que connue aujourd’hui. L’événement a permis le lancement de la publication souvenir « Médard Bourgault et ses héritiers » en plus d’officialiser l’identification des trois frères comme personnages historiques. Au total, 300 personnes étaient attendues à ces festivités, incluant 70 artistes et sculpteurs actuels qui habitent Saint-Jean-Port-Joli et les environs. Des représentants de la famille Bourgault étaient également présents. Le tout était organisé par la Société Québécoise d’Ethnologie en collaboration avec la Municipalité avec qui ils ont travaillé le processus d’identification des trois frères Bourgault, soit Médard, André et Jean-Julien. Le maire de Saint-Jean-Port-Joli, Normand Caron, et le président de la Société Québécoise d’Ethnologie, Jean-François Blanchette, ont pris parole à cet honneur. Les démarches d’identifications ont débuté en 2020 alors que la Société a soumis un document à cet effet à la municipalité. En raison de la pandémie, l’ensemble du processus a été retardé. À la recherche d’une date significative fixant le début de la sculpture, leur choix s’est arrêté au mariage de Médard Bourgault et Marie-Rose Bourgault, le 6 février 2023. « Comme Médard a formé nombre de ses enfants au métier de sculpteur et par la suite de nombreux apprentis, il nous a semblé que 2023 serait une année appropriée pour célébrer cette histoire qui, on le verra, a tout de même commencé bien avant ! », indique M. Blanchette. L’objectif était de célébrer les Trois Bérets en montrant l’impact qu’ils ont eu dans la communauté et qui se poursuit encore aujourd’hui. M. Blanchette indique, bien que les villages se vident pour aller vers les villes, Saint-Jean-Port-Joli, au contraire, le nombre ne cesse d’augmenter, entre autres, puisqu’il attire plusieurs passionnés des métiers d’art. « Cet engouement pour les arts fait en sorte que plusieurs artistes d’ailleurs sont venus s’installer à Saint-Jean-Port-Joli. (…) Le village demeure très dynamique ». Il rappelle que la devise de la municipalité est « Art et sculpture ».

Se souvenir Le président de la Société a pu présenter lors de l’événement la publication-souvenir à laquelle il travaille depuis neuf ans. À sa retraite du Musée canadien de l’histoire, il craignait de s’ennuyer. Il a alors décidé de se lancer dans ce projet de recherches. Étant un résumé de tout son travail, il est possible de découvrir l’historique derrière ces trois figures historiques en plus de voir une sélection de plusieurs images des Archives de la Côte-du-Sud.

Le livre de 264 pages est divisé sous quatre parties, soit une longue introduction historique de sculpture, un chapitre pour chaque frère ainsi qu’un dernier chapitre sur la modernité. L’ouvrage se conclut avec, en vedette, l’exposition initiée par Monika Gagnon du Vivoir. Celle-ci présente des bâtons de marche inspirée de la discipline des artistes, présentée en 2019. L’objectif de cette exposition était de démontrer que la sculpture était toujours belle et bien présente encore aujourd’hui. « Le livre donne un aperçu sur toute la richesse de cette créativité à Saint-Jean-Port-Joli», souligne-t-il. Le titre fait référence à toutes ces personnes qui ont été influencées par la passion de Médard à la sculpture. Celle-ci s’est d’ailleurs transmise rapidement à ses frères lorsqu’ils ont perdu leur emploi au moment de la crise économique. Victime de son succès, Médard a demandé à ses frères de l’aider à réaliser les commandes.

Un futur projet? M. Blanchette a également collaboré avec le Musée de la mémoire au cours de ce projet de recherches pour la réalisation de plusieurs entrevues de sculpteurs sur bois. Maintenant la fête terminée et la publication lancée, la recherche et la diffusion d’informations peuvent se poursuivre et d’autres projets pourront voir le jour auprès du public. La publication est également possible grâce à une Entente de développement culturel réalisée entre le Ministère et la Municipalité. Le livre sera disponible à la municipalité, les Archives de la Côte-du-Sud et le Musée de la mémoire vivante auront également quelques copies. Les invités ont pu signer un livre d’or créé par l’artiste Anick Gosselin avec une plume sculptée par Attila Hrubos. Le livre d’or et la plume ont été offerts par Monika Gagnon de la Galerie d’art Le Vivoir. De plus, un nombre limité de livres bénéficient d’une reliure d’art par Anick Gosselin et seront mis en vente au Vivoir pour les amateurs de beaux objets.