23 avril 2024

Saint-Pamphile: une communautée unie pour la réussite scolaire

La réussite éducative des élèves est au cœur des priorités du personnel de l’École secondaire de la Rencontre de Saint-Pamphile. Parmi les moyens pour y arriver, l’établissement scolaire propose une variété de programmes diversifiés à sa clientèle. À la lumière du palmarès des écoles secondaires qui a été publié dernièrement, le Journal s’est intéressé à ce que les écoles du milieu font pour favoriser la persévérance scolaire ainsi que la réussite de leurs élèves. Depuis quelques années, l’École secondaire de la Rencontre propose diverses concentrations: en hockey, en volleyball, en art multimédia ainsi que le Stage band. L’objectif est de permettre aux élèves de faire quelque chose selon leurs intérêts. «Nous essayons d’intégrer fréquemment les projets pédagogiques particuliers (PPP) dans leur horaire pour leur donner le goût de venir à l’école. Si l’élève n’a pas envie de faire du français, des mathématiques ou de l’anglais, il viendra à l’école pour son PPP. Par le fait même, il fera l’apprentissage des matières de base », a rapporté le directeur de l’École secondaire de la Rencontre, Mathieu Pelletier, ajoutant que cette façon de faire est très utile pour les démotivations passagères. Depuis l’implantation des divers programmes, le directeur remarque une différence dans le bien-être des apprenants. D’ailleurs, plusieurs jeunes vont le trouver pour lui dire qu’ils adorent leur concentration. Notons qu’indépendamment des résultats scolaires, les programmes sont ouverts à tous et il n’y a pas de sélection. « Grâce à a générosité de la Ville de Saint-Pamphile, je n’ai pas de coûts reliés à l’utilisation de l’aréna. Nous pouvons utiliser les installations autour de l’école gratuitement, ce qui nous permet d’être créatifs dans notre offre de services. » Une bonne formule Questionné à savoir si ce ne serait pas plus profitable qu’une jeune éprouvant des difficultés au niveau scolaire fasse davantage de mathématiques ou de français à la place de sa période en concentration, M. Pelletier répond par la négative. « Une personne qui a de la difficulté dans une matière va déjà investir beaucoup de temps et d’énergie dans celle-ci. Notre approche est plutôt de faire en sorte que les jeunes soient efficaces en classe pendant les 75 minutes avec leur enseignant .» Selon lui, la récupération sur l’heure du dîner est un bon moyen pour épauler les jeunes. Une classe de persévérance est aussi en place à la polyvalente. Les élèves font plusieurs projets entrepreneuriaux, comme la coopérative de services qui effectue différents liens avec la communauté. De plus, l’établissement scolaire tente d’être flexible en adaptant le parcours des élèves qui présentent une situation particulière.« Nous essayons de sortir de la boîte pour répondre à leurs besoins tout en les gardant dans le milieu scolaire afin de favoriser leur réussite en bout de la ligne.» En guise de conclusion, M. Pelletier rappelle qu’il existe différentes façons d’être qualifiés ou diplômés. « Oui, il y a le diplôme d’études secondaires, mais il y a aussi les diplômes d’études professionnelles qui peuvent être atteints. La notion du besoin de l’élève est importante afin de trouver une façon de les amener à une qualification. »