Répondre aux besoins criants de main-d’œuvre des PME

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Répondre aux besoins criants de main-d’œuvre des PME
Valérie Rancourt-Grenier, vice-présidente des ressources humaines & Marketing du Groupe LG Cloutier, Mathieu Godin, vice-président de l'approvisionnement, le candidat conservateur Bernard Généreux, Maxim Rancourt-Grenier, directeur général ainsi que Julie Morin, vice-présidente des finances.

Bernard Généreux, candidat conservateur dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, était de passage aujourd’hui à l’entreprise LG Cloutier située à L’Islet. En présence de la compagnie et des médias, M. Généreux a souhaité présenter les engagements conservateurs afin d’aider les PME (Petite et moyenne entreprise) de la région. Le Groupe LG Cloutier a pu au même moment mettre de l’avant le besoin criant de main-d’œuvre.

Valérie Rancourt-Grenier, vice-présidente des ressources humaines et du marketing au sein du Groupe LG Cloutier, a pris la parole lors de ce point de presse afin de présenter la situation de l’entreprise. Présentement en période de relève, l’entreprise métallurgique a des préoccupations majeurs. À la tête de deux établissements, la compagnie compte 85 employés à L’Islet et près d’une quarantaine à Neuville. À l’heure actuelle, Mme Rancourt-Grenier affirme qu’ils n’ont jamais eu autant besoin de main-d’œuvre. Ces besoins forcent à ralentir la production et même à refuser certains clients.

« La situation de la main-d’œuvre est très préoccupante pour les employeurs d’ici dans les régions. C’est sûr que lorsqu’on a des situations exceptionnelles, on s’attend à des mesures qui vont de soi. Les employeurs vont toujours donner des mesures exceptionnelles pour les employés tant pour retenir la main-d’œuvre, les attirer, mais aussi il faut être compétitif avec ce qui est proposé sur le marché», explique-t-elle.

Elle précise que les PME s’attendent à des mesures d’exception de la part du gouvernement. Par exemple, au niveau des investissements, le soutient au niveau de la main-d’œuvre et aussi pour les relèves d’entreprises.

« Le plan canadien de la hausse d’emploi, l’accélérateur d’investissement et les encouragements à l’innovation, plus l’équilibre budgétaire seraient selon moi des mesures qui pourront beaucoup aider les entreprises d’ici », évoque la vice-présidente.

Mesures proposées

M. Généreux propose quatre mesures permettant de rendre les entreprises de la région encore plus attrayantes pour les nouveaux travailleurs et accélérer les investissements afin d’augmenter la capacité de production.

Le plan du parti conservateur planifie tout d’abord de payer jusqu’à 50% du salaire des employés nouvellement embauchés pendant six mois après la fin de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC). Actuellement, 125 000 personnes sont sur la PCRE (La Prestation canadienne de la relance économique) et les conservateurs veulent aider à la transition lors du retour au travail. Ils veulent de cette façon minimiser les risques et aider les PME à offrir un salaire compétitif.

Par la suite, il désire encourager les entreprises à investir et à créer des emplois en offrant un crédit d’impôt à l’investissement de 5% pour tout investissement de capitaux effectué en 2022 et en 2023. Par exemple, pour la robotisation des entreprises. D’ailleurs, la première tranche de 25 000$ serait un crédit d’impôt remboursable pour les petites entreprises.

Les conservateurs souhaitent offrir un crédit d’impôt de 25% sur un montant maximal de 100 000$ pour que les Canadiens investissent personnellement dans une petite entreprise au cours des deux prochaines années. De cette façon, il sera possible de financer les PME et de créer des emplois. Lui-même entrepreneur, M. Généreux précise que ce genre d’investissement peut grandement aider le développement entrepreneurial.

Enfin, le Parti souhaite offrir des prêts pouvant s’élever à 200 000$ pour aider les petites et moyennes entreprises des secteurs de l’hôtellerie, du commerce de détail et du tourisme à se remettre sur pied, et ce, avec une dispense de 25%. De cette façon, il sera possible pour différents secteurs de réinvestir dans leurs installations.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires