Internet : Généreux obtient un engagement de la ministre Monsef

Photo de Eric Maltais
Par Eric Maltais
Internet : Généreux obtient un engagement de la ministre Monsef
Bernard Généreux Credit: Bernard Thibodeau, Service de photographie de la Chambre des Communes

Présent à Ottawa mardi dernier parmi l’effectif réduit de députés à la Chambre des communes, Bernard Généreux a interpellé Maryam Monsef, ministre du Développement économique rural, afin d’obtenir un engagement concret pour le développement de l’internet en région.

 Le député conservateur a cité l’exemple de Cindy Asselin, une citoyenne de Sainte-Lucie-de-Beauregard, en déplorant le fait qu’internet haute vitesse ne soit pas disponible à sa jeune famille pour accéder à des cours en ligne, advenant une nouvelle fermeture des écoles en lien avec la pandémie de COVID-19.

« Le Premier ministre peut-il garantir à Mme Asselin qu’internet haute vitesse sera disponible dans le 6e rang de Sainte-Lucie? » a questionné le député.

Présente en Chambre, la ministre Monsef a répondu qu’elle reconnaissait que « les parents qui ont des enfants d’âge scolaire traversent une période particulièrement difficile ». Elle a ajouté qu’elle est « déterminée à collaborer avec le député Généreux pour brancher les collectivités qu’il représente. Le Fonds pour la large bande universelle, communément appelé La haute vitesse pour tous, sera déployé sous peu. »

Cependant, selon les informations recueillies auprès du bureau du député, il n’y a pas d’échéancier connu pour sa réalisation. Le Conseil de radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), est indépendant du gouvernement. Le CRTC a imposé aux géants de télécommunications de contribuer à un fonds qu’ils utilisent ensuite pour appuyer des projets ruraux.

Vote de confiance

Bien que le député accueille favorablement la réponse du gouvernement sur cet enjeu qui réunit l’ensemble des partis politiques à Ottawa, il a néanmoins voté avec ses collègues conservateurs contre le discours du Trône du gouvernement Trudeau. À son avis, il était rempli d’une panoplie de nouvelles dépenses récurrentes dans les champs de compétence provinciale.

« Nous ne pouvons pas accepter l’agenda dépensier et centralisateur annoncé par Justin Trudeau pour obtenir l’appui du NPD, surtout lorsque le déficit fédéral vient d’atteindre 343 milliards de dollars et la dette cumulative du Canada risque d’atteindre mille deux cent milliards de dollars en 2021 » a souligné le député. Il conclut en rappelant que la firme de cotation Fitch a retiré la cote AAA du gouvernement canadien en juin dernier en raison d’une détérioration des finances publiques au pays. (LOB)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires