Le corridor énergétique d’Andrew Scheer

Photo de Eric Maltais
Par Eric Maltais
Le corridor énergétique d’Andrew Scheer
Frédéric Corriveau est entouré du député Bernard Généreux et d’Andrew Scheer, du Parti conservateur du Canada.

Andrew Scheer, le chef de l’Opposition officielle à la Chambre des communes à Ottawa, mise sur un grand chantier canadien, un corridor énergétique, pour permettre le transport du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers l’Est du Canada dans le cadre du projet Énergie-Est, le tout en harmonie avec les communautés autochtones et l’assentiment des populations impliquées.

Pour obtenir une acceptation sociale des Québécois, le chef du Parti conservateur du Canada mise sur l’exportation de l’électricité du Québec vers l’Ouest canadien dans ce même corridor. Cette idée vise à plaire au premier ministre François Legault, qui atteindrait ainsi le marché de l’Ontario avec cette énergie. Cette position de M. Scheer a été émise ce jeudi lors de son passage devant un auditoire issu du milieu des affaires de Montmagny, une tribune offerte par la Chambre de commerce. On parle d’un grand projet canadien, comme le chemin de fer dans le temps, qui se ferait en respectant les aspects sécuritaires et enjeux environnementaux.
En échange d’un tel droit de passage, M. Scheer veut éliminer la TPS (taxe sur les produits et services) sur les factures de chauffage des Québécois, autant pour l’hydro-électricité que sur l’huile à chauffage. Cette déclaration faisait suite à une question de la directrice de la Chambre de commerce, Mireille Thibault, qui menait une entrevue au bénéfice des invités. On se rappellera que la MRC de L’Islet a publiquement manifesté son désaccord envers Énergie-Est.
En intervention additionnelle, Mme Thibault a sollicité l’appui de M. Scheer au futur gazoduc qui pourrait relier les MRC de Montmagny été de l’Islet. Il permettrait aux entrepreneurs et manufacturiers de ce secteur de bénéficier de cette énergie plus économique – le gaz naturel – que les sources actuelles d’alimentation. « Le Parti conservateur du Canada (PCC) croit à l’autosuffisance énergétique » a soutenu le député, qui siège depuis 2004 à Ottawa. « Il s’agit là d’un exemple d’un besoin rural. Des fois, un gouvernement peut être partenaire, alors il faut de la flexibilité dans les programmes. »
Infrastructures
Appelé ensuite à se prononcer sur le retour d’un programme d’infrastructure comme Chantiers/Québec/Canada, celui qui aspire à devenir premier ministre du Canada croit à l’importance de remettre en place des outils qui permettront aux municipalités de concrétiser des projets. Au moins 25% des sommes budgétées ne seront pas dépensées par les Libéraux pour des projets. « Il faut s’approcher des petites communautés, dit-il. Elles ont des besoins ».
Au sujet de la rareté de la main-d’oeuvre, M. Scheer concède que cette problématique touche toutes les régions du Québec et qu’elle est ressortie dans le cadre de la tournée conservatrice de consultation « À l’écoute des Québécois » qui visait à définir la plate-forme électorale conservatrice.
« Il y a actuellement un manque de collaboration lorsqu’il est question des travailleurs étrangers. Il est important de s’assurer que les Canadiens aient l’opportunité d’occuper des emplois de qualité, mais on doit faciliter l’accès aux travailleurs étrangers et s’assurer que le système fonctionne » a-t-il maintenu, tout en croyant au retour sur le marché de retraités, possible si le gouvernement leur accorde certains avantages fiscaux.
« Le PCC a recruté 30% de ces candidats au Québec en provenance du milieu de la politique municipale. Nos candidats sont bien enracinés, comprennent les réalités et les besoins des gens. Votre député Bernard Généreux a été maire », a-t-il lancé, pour démontrer cette volonté.
Protéger la gestion de l’offre pour les producteurs laitiers, cesser le déversement des eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent, produire un seul rapport d’impôt au Québec, nommer un ministre québécois du développement économique, ramener le déficit à zéro en cinq ans, réduire l’imposition pour les couples lors des congés de maternité/paternité, de même qu’une stratégie pour protéger l’environnement, voilà autant de points qui figurent à l’agenda d’un futur gouvernement Scheer. « Il faut offrir des incitatifs pour atteindre des objectifs réalistes ».
Quant à l’internet, une certaine problématique existe dans des secteurs ruraux, même si les chiffres avancés donnent une desserte de 93% dans L’Islet et 89% dans Montmagny. Certains secteurs voient seulement 70% de leur territoire couvert avec des services adéquats alors que d’autres le sont à 100%. À cet égard, il faudrait une évaluation exhaustive.
Scandales des Libéraux
Le chef de l’Opposition a peu discouru sur l’actuel premier ministre Justin Trudeau, mais il a déclaré que son passage au pouvoir lui rappelle la période du scandale des commandites et que les Canadiens paient pour ses erreurs depuis quatre ans. Conflits avec la Chine et les Indes, mauvaise négociation du nouvel accord de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique, dépenses excessives. « Justin Trudeau a mis le Canada dans une mauvaise position lors des négociations (ACEUM) à cause du Mexique et en mettant des éléments qui n’ont fait que compliquer les négociations. Un gouvernement conservateur corrigera ces erreurs. Toutes les bonnes ententes économiques du Canada ont été négociées par des gouvernements conservateurs ».

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de