Mobilité et main-d’œuvre préoccupent élus et dirigeants économiques

Mobilité et main-d’œuvre préoccupent élus et dirigeants économiques

Claude Morin, maire de Saint-Georges, Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines, et Rémy Langevin, maire de Montmagny, ont pu discuter des enjeux qui les interpelleront au cours des prochains mois.

C’est le 22 janvier que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) présentait son traditionnel dîner-conférence portant sur les enjeux à surveiller dans la région au cours des prochains mois. Tenu sous le thème #noussommeschaudiereappalaches, l’événement a principalement permis à des députés, des maires et des dirigeants économiques de la région de partager leur désir de se voir réaliser un troisième lien entre Lévis et Québec ainsi que leurs inquiétudes face à la pénurie de main-d’œuvre.

Par Érick Deschênes – Le Journal de Lévis – Collaboration spéciale

D’abord, les maires participant à l’exercice, Marc-Alexandre Brousseau (Thetford Mines), Rémy Langevin (Montmagny) et Claude Morin (Saint-Georges), ainsi que les intervenants économiques interrogés, Richard Moreau (Tourisme Chaudière-Appalaches) et Daniel Voyer (DPME Chaudière-Appalaches), ont abordé par la bande la problématique de main-d’œuvre.

Pour les premiers citoyens des trois villes dont l’économie tourne à plein régime, la solution à la pénurie de travailleurs passe par deux mesures : poursuivre le travail d’équipe pour bien intégrer les travailleurs immigrants ainsi que continuer les investissements pour améliorer la qualité de vie afin d’attirer les jeunes familles dans leurs municipalités.

«Présentement, nous révisons nos incitatifs financiers pour attirer les jeunes familles. Également, nous travaillons avec un promoteur pour un nouveau développement résidentiel plus accessible aux premiers acheteurs, avec des duplex et des triplex. Dans le cadre de la fête du 375e qui aura lieu en 2021, nous planifions aussi de travailler sur un projet pour créer une place du 375e à l’Anse aux Oies, projet qui nous permettrait de donner un accès au fleuve aux citoyens», a notamment partagé le maire de Montmagny.

Du côté des intervenants économiques, si la robotisation a, entre autres, été une solution avancée pour les manufacturiers, Richard Moreau aimerait que les entreprises puissent miser davantage sur les retraités.

«Dans l’industrie touristique, nous pouvons compter sur de nombreux étudiants lors de la période estivale, mais il y a une place pour les aînés. Ils pourraient revenir au travail tout en donnant une plus-value avec leur bagage d’expérience et leur connaissance du territoire», a souligné le directeur général de Tourisme Chaudière-Appalaches.

Un lien pour lutter contre la pénurie

Lors du panel réservé aux élus provinciaux et fédéraux, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a une nouvelle fois déploré les longs délais auxquels font face les entrepreneurs de son comté afin de recruter des travailleurs étrangers.

Préoccupée également par cette question, la députée provinciale de Bellechasse, Stéphanie Lachance, estime que la construction d’un troisième lien entre Lévis et Québec pourrait résoudre en partie la problématique.

«Le troisième lien facilitera l’accès à Bellechasse. Quand je travaillais en recrutement dans cette région, l’une des problématiques était la distance, pas en kilomètres, mais en temps. La mobilité est donc une donnée importante. Toutefois, le troisième lien ne se règlera pas par enchantement avec un troisième lien. Il faut y travailler. (Entre autres), il faut se rendre attractif pour les jeunes familles avec des services de proximité», a affirmé Mme Lachance.