22 juin 2024

Soutenir les jeunes proches aidants

L’organisme L’Ancre, qui apporte du soutien à l’entourage des personnes vivant un trouble de santé mentale, a officiellement lancé ses nouveaux services pour les jeunes entre 12 et 29 ans. Le service Aider sans filtre Montmagny – L’Islet vise à aller rencontrer les jeunes pour leur parler de santé mentale afin de contrer la stigmatisation reliée à ces enjeux et de leur montrer qu’ils ont des ressources qui sont là pour leur venir en aide.

Selon L’Ancre, au Québec un jeune sur cinq aurait au moins un parent qui souffre d’un problème de santé mentale. C’est sans parler des amis, relations amoureuses, collègues de travail, etc. René Cloutier de la Confédération des associations de proches en santé mentale du Québec, qui pilote le projet Aider sans filtre dans la province, ajoute que même s’ils étaient nombreux à bénéficier de services de soutien, aucun ne s’adressait spécifiquement à eux. En effet, L’Ancre qui opère dans la région de Montmagny-L’Islet a dû prendre la décision d’arrêter ces services il y a une dizaine d’années par manque de ressources.

L’arrivée du projet Aider sans filtre a toutefois permis l’accès à de nouvelles enveloppes budgétaires. L’Ancre a choisi d’adhérer à l’initiative de la Confédération des associations de proches en santé mentale du Québec afin d’implanter le service dans les MRC de Montmagny et L’Islet. Cela lui a notamment permis d’engager deux ressources dans la dernière année, soit Anaïs Gamache, agente de sensibilisation, et Jessica Fortier-Lavallée, intervenante psychosociale jeunesse.

Les interventions viseront, entre autres, à permettre aux jeunes concernés de mieux comprendre le trouble de santé mentale dont souffre son proche afin de l’aider à maintenir une relation saine avec ce dernier. Des conseils seront aussi donnés dans le but de les outiller pour qu’ils soient en mesure d’apporter du soutien de la bonne façon. Des mesures de répit sont également offertes pour permettre aux jeunes de se ressourcer et de discuter.

Rejoindre les jeunes

Le défi principal pour les responsables de ce projet serait d’aller rejoindre les jeunes, car ces derniers craignent d’être victimes de stigmatisation s’ils parlent de troubles de santé mentale. Par ailleurs, ils connaissent peu les services qui leur sont offerts. Selon M. Cloutier, les expériences sur le terrain menées dans d’autres régions du Québec démontrent que lorsque les jeunes découvrent qu’ils peuvent obtenir de l’aide à ce niveau, les organismes reçoivent un grand nombre de demandes.

L’agente de sensibilisation souhaite donc aller à la rencontre des jeunes dans leur milieu de vie, comme les écoles, afin de leur parler de L’Ancre et de leur expliquer comment ils peuvent bénéficier des services de l’intervenante jeunesse. L’organisme souhaite aussi bonifier son usage des réseaux sociaux sur lesquels du contenu concernant la santé mentale sera diffusé.

Parallèlement, l’Ancre souhaite contrer la stigmatisation autour des enjeux de santé mentale en en parlant davantage afin qu’éventuellement les gens se sentent libres d’en discuter ouvertement sans craindre d’être jugés.

La majorité du financement du projet Aider sans filtre provient du Plan d’action interministériel en santé mentale et du Plan d’action gouvernemental pour les personnes proches aidantes. Ces enveloppes budgétaires seront disponibles jusqu’en 2026, mais M. Cloutier s’attend à ce que le financement soit ensuite transféré vers le Programme de soutien aux organismes communautaires. Il demeure toutefois disponible afin d’implanter ces services de façon permanente.

Articles reliés