19 juillet 2024

Bibliothèques en région : une histoire sans fin

Malgré le fait qu’elles ont traversé certaines périodes plus difficiles, notamment en raison de la pandémie, les bibliothèques de diverses municipalités demeurent tout de même actives en grande partie grâce aux nombreux bénévoles qui n’hésitent pas à s’impliquer dans ces lieux culturels. À la bibliothèque Marie-Louise Gagnon de Saint-Pamphile, le directeur des loisirs de la municipalité, Alexandre Bourgault, constate que les postes de bénévole sont facilement pourvus. Cependant, il admet que l’achalandage pourrait être plus élevé car il y a eu une légère diminution dans les dernières années. « La COVID n’a pas aidé, cela a été difficile », a-t-il convenu. Cela dit, il a rapporté que certaines idées mijotent dans sa tête afin de mousser la popularité de la bibliothèque. Parmi celles-ci, un projet de réaménagement intérieur est sur la planche à dessin. Des divans et des fauteuils seront installés dans l'intention de créer un espace plus convivial. De plus, le directeur des loisirs souhaite que la bibliothèque invite de nouveau des auteurs, pratique qui avait été abandonnée pendant la pandémie. « On veut offrir différentes activités pour aller chercher l’ensemble des groupes d’âge. » Du même souffle, M. Bourgault avance qu’il y aura fort possiblement des changements dans les plages horaires afin d’inciter les gens à y aller. « Une bibliothèque est essentielle dans une communauté car ce site donne accès à la culture tout en étant un lieu de détente et de rencontre. » En ce qui concerne la collection de livres proprement dite, la bibliothèque dispose d’un budget annuel de 8 000 $ pour l’achat de bouquins. Par conséquent, l’endroit offre une belle variété d'ouvrages. Soutenue par la municipalité La responsable de la bibliothèque Marie-Bonenfant de Saint-Jean-Port-Joli, Blanche Deschênes, affirme que l’endroit va bien en raison de l’appui de la Municipalité et de l’implication des bénévoles qui, selon elle, sont au centre de la réussite. « Sans eux, nous ne pourrions pas offrir nos services. » Mme Deschênes estime que 8 000 livres sont mis à la disposition de la population. Cette dernière considère que tous les volumes sont égaux et les citadins peuvent découvrir de belles choses tout en ayant des recommandations de lecture provenant d’autres citoyens. « C’est un lieu d’échange avec des gens qui ne sont peut-être pas présents dans notre quotidien. » Principalement, les deux tiers de la clientèle fréquentant la bibliothèque Marie-Bonenfant sont âgés de plus 40 ans. « Une vingtaine d’enfants viennent régulièrement, tout comme des jeunes de l’école primaire ainsi que des jeunes familles. Cependant, les adolescents et les adultes de 20 à 35 ans sont plus difficiles à attirer », a reconnu Mme Deschênes. Quant à elle, la bibliothèque Camille-Roy de Berthier-sur-Mer, qui a à sa disposition 38 bénévoles, a commencé à comptabiliser des statistiques en janvier 2023. À partir de ce moment jusqu’au mois de juin, il y a eu 31 nouveaux abonnés, dont 12 enfants. Également, il y a eu de nouveaux adeptes lors de la période estivale tout comme l’automne dernier, a souligné la responsable de la bibliothèque Camille-Roy, Chantale Leblanc. Depuis qu’elle s’implique, Mme Leblanc s’est beaucoup attardée au coin jeunesse. « Des lectures animées sont au programme et une pièce de théâtre a déjà été conçue. L’argent a permis d’acheter de nouveaux livres. » Comme ailleurs, l’un des défis est d’attirer les 12 à 17 ans. « Nos ados ne viennent pas. Cela fait en sorte que nous n’avons pas beaucoup de choses à leur offrir, car nous ne les connaissons pas. Cependant, avec l’arrivée de la maison des jeunes prévue dans quelque temps, peut-être que nous pourrons créer un lien avec eux. » Notons aussi qu’un projet de conversion de l’église en salle multifonctionnelle, incluant la bibliothèque, est sur la planche à dessin à Berthier-sur-Mer.