28 février 2024

La prévention se poursuit pour contrer la dépendance chez les jeunes

Action Jeunesse Côte-du-Sud travaille encore cette année activement afin de sensibiliser et informer les jeunes sur les dangers de la consommation, que ce soit l’alcool, du cannabis ou autres substances. Dans le cadre de la Semaine de prévention des dépendances, les intervenants ont accentué les messages de prévention dans les écoles secondaires de la région.  Alors que l’utilisation de la cigarette électronique monte en flèche, l’organisation se donne comme mission d’offrir des ateliers de sensibilisation dans les établissements du territoire grâce à son programme, « Ensemble on D-tox ». Elle souhaite informer le plus possible les élèves, leurs parents et la collectivité des inquiétudes ainsi que les dangers reliés à la consommation en les outillant, en brisant les tabous, et ce, tout en incitant à la discussion. Un enjeu actuellement perçu est la consommation de vapotage de cannabis de plus en plus présente dans les écoles. La Presse a publié récemment un article informant que l’utilisation de vapoteuses illégales remplies de cannabis a explosé en quatre ans chez les adolescents québécois. L’étude réalisée dans 42 écoles secondaires de l’Est-du-Québec par l’Université Laval et le CIUSSS de la Capitale-Nationale dévoile que la consommation du cannabis par vapotage est passée de 20%, en 2019, à 66%, en 2023. « La hausse de la présence d'articles de vapotage de cannabis semble faire une montée en ce moment sur l'ensemble du territoire, ce qui nous inquiète un peu comme le reste du Québec. Il y a encore peu d'études à ce sujet et nous ne connaissons pas encore tout ce que ça créera sur le long terme. Ce que nous voyons pour l'instant n'augure pas très bien », indique Mme Caroline Morin, responsable du programme pour Montmagny-L’Islet. Il est à noter que selon les informations de Québec sans tabac, 42,7 % des jeunes de 4e et 5e secondaires ont déjà vapoté, dont 22 % dans les 30 derniers jours. Action Jeunesse Côte-du-Sud précise d’ailleurs que pour la majorité d’entre eux, le taux de nicotine est supérieur à ce qui se retrouve dans la cigarette traditionnelle. L’effet de dépendance se fait donc beaucoup plus ressentir chez les élèves. Ateliers La Semaine de sensibilisation à la dépendance à l’usage de substance se tenait du 19 au 25 novembre. Toutefois, en raison des trois jours de grève qui ont mobilisé le milieu scolaire, plusieurs activités à ce sujet se sont étalées jusqu’au 1er décembre. Des capsules virtuelles ont tout de même été véhiculées sur les réseaux sociaux lors de la semaine officielle. Des activités et des kiosques étaient sur place pour donner l’occasion aux élèves de s’informer davantage et de discuter avec les intervenants en prévention des dépendances, également accessibles tout au long de l’année. Mme Morin indique que les élèves étaient invités à répondre à des questions en lien avec la prévention de la consommation d’alcool et de drogue ainsi que sur leur estime et connaissance de soi. Par exemple, leurs forces, les alternatives à la consommation, ce qu’il aspire à faire dans cinq ans, etc. C’était une façon de travailler sur leurs habiletés sociales. Mme Morin souligne que, tout au long de l'année, des ateliers seront réalisés dans Montmagny-L’Islet pour rencontrer les groupes scolaires. Chaque année, un atelier spécifique ayant des apprentissages précis est proposé. Interdiction des saveurs Après l’interdiction des saveurs dans les produits, en place depuis le 31 octobre, il a également été observé, et présenté dans les médias, que des commerces se sont malgré tout rapidement adaptés à cette nouvelle réalité en modifiant leurs modèles d’affaires. Par exemple, certains vont convertir leur commerce en dépanneur pour être conformes à la loi et offrir des arômes. Ces nouvelles réalités sont prises en compte dans les actions apportées par l’organisation scolaire. Les parents sont invités à consulter les différents sites disponibles en ligne, tels que le site du Conseil québécois sur le tabac et la santé, Québec sans tabac, etc., pour s’informer et obtenir des conseils pour accompagner son enfant.