La formation professionnelle, d’une génération à l’autre!

Journal L'Oie Blanche
La formation professionnelle, d’une génération à l’autre!
Guy-Anne Pelletier et Charles-Antoine Courcy, à gauche, Nicolas et Sammy Lebel, au centre, et Alexis et Joël Théberge, à droite. (Photo de courtoisie)

Guy-Anne Pelletier, Joël Théberge et Nicolas Lebel ont tous fréquenté le Centre de formation professionnelle de l’Envolée en Techniques d’usinage à la fin des années 90 et au début des années 2000. Fait inusité, chacun d’entre eux a aujourd’hui un garçon qui suit cette même formation, et ce, plus de 20 ans plus tard.

Des enseignants du CFP de l’Envolée leur avaient donné rendez-vous dans leurs locaux, un après-midi de septembre, afin d’échanger avec eux et leur enfant, sur les réalités de la formation de l’époque et d’aujourd’hui.

Dans le local, il a été possible de sentir un véritable esprit de famille. Plusieurs enseignants présents sont les mêmes qui ont enseigné à Guy-Anne, Joël et Nicolas. L’heure est à se raconter des anecdotes vécues au centre et à se remémorer des souvenirs, tout en constatant les changements qui se sont installés entre les murs, notamment grâce à la technologie.

Bien que le choix de formation de Sammy, Alexis et Charles-Antoine ne dépende pas uniquement du parcours de leurs parents, ceuxci ont tout de même pu confirmer que ce choix correspondait aux intérêts et aux aptitudes de leur jeune, l’ayant eux-mêmes vécu. Ils les ont fortement encouragés vers la formation professionnelle, sachant que c’est une voie où il est possible de s’accomplir, de se réaliser et de trouver un travail passionnant.

D’entrée de jeu ils s’entendent sur un point: que ce soit à l’époque ou maintenant, suivre la formation en Usinage au CFP de l’Envolée permet d’apprendre les meilleures techniques du métier dans un environnement adapté et encadré. Le personnel transmet aux élèves un enseignement de qualité et leur montre une façon de travailler qui leur sera utile toute leur vie.

Formation adaptée
En ce qui concerne les améliorations maintenant en place lors de la formation, on mentionne notamment la formation individualisée, la proximité et l’accessibilité des enseignants. La formation individualisée permet notamment à un élève qui a déjà certaines compétences d’aller à son rythme sans devoir suivre celui d’un groupe. Ainsi, chaque personne suit sa formation à la vitesse qui lui convient, peu importe s’il a déjà des acquis. Les parents et les enseignants mentionnent également l’augmentation considérable des salaires alors qu’ils ont plus que doublé en 20 ans, rendant le domaine beaucoup plus attrayant.

Sammy indique que l’un des avantages de la formation professionnelle, c’est l’apprentissage de matières appliquées. Ainsi, il est rapidement possible de concrétiser ce que l’élève voit en classe lorsqu’il se rend en atelier, ce qui facilite la compréhension et l’assimilation de la matière en plus de soutenir l’intérêt envers la formation.

Un constat que les élèves ont fait, qui a été corroboré par les parents, est que la formation professionnelle n’est pas suffisamment valorisée et que malheureusement certains jeunes ne sont pas encouragés à s’y inscrire parce qu’ils sont performants tout au long de leur parcours au secondaire.

Pourtant, la formation professionnelle ouvre de multiples portes et permet aux jeunes de faire des apprentissages concrets, d’utiliser leur créativité et leur sens de l’organisation et d’accéder rapidement au marché du travail en obtenant des salaires intéressants.

Le CFP souligne qu’un DEP n’est pas non plus une finalité en soi; il est toujours possible de poursuivre sa formation pour monter les échelons d’une entreprise. Par exemple, un ingénieur qui a d’abord obtenu un DEP aura déjà un grand bagage de connaissances et de compétences qui lui serviront au quotidien dans l’exercice de ses fonctions. Il n’en sortira que gagnant!

En terminant, parents et enfants s’accordent pour dire qu’il est important de valoriser la formation professionnelle et d’en parler davantage puisqu’ils y ont développé une véritable vocation et une passion, entre autres, grâce à leur parcours.

Il y a fort à parier que Sammy, Alexis et Charles-Antoine garderont les mêmes précieux souvenirs que leurs parents de leur passage du Centre de formation professionnelle de l’Envolée et qu’ils deviendront de bons ambassadeurs de la formation.

Une carrière stimulante et valorisante les attend chez des employeurs qui ont hâte de les accueillir à bras ouverts.

Peut-être même que certains d’entre eux auront l’audace d’ouvrir leur propre entreprise. C’est à suivre!

Un texte d’Isabelle L’Arrivée-Lavoie, conseillère en communication du Centre de services scolaire de la Côte-du-Sud.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires