23 juillet 2024

Doris Anctil, visage de l’hôtel de ville de Saint-Jean-Port-Joli depuis 50 ans

La Municipalité de Saint-Jean-Port-Joli peut compter sur une employée exceptionnelle à la réception et à la perception des taxes. En effet, Doris Anctil célèbre cette année ses 50 ans de service au sein de l’organisation.

Rencontrée à l’hôtel de ville par une chaude journée caniculaire, Mme Anctil est radieuse et accueillante. Malgré les décennies qui ont passé, celle-ci est toujours aussi passionnée par son travail et heureuse d’accueillir les Port-Joliens et Port-Joliennes.

Elle se souvient de ses débuts comme si c’était hier. « J’ai commencé ici le 4 janvier 1974, grâce à un projet d’initiative locale du gouvernement. La personne qui était à la réception est partie et j’ai eu l’occasion de prendre sa place », raconte-t-elle. Depuis elle n’a jamais quitté son poste, occupant cette fonction avec dévouement et professionnalisme.

À l’époque de son embauche, la Municipalité fonctionnait avec seulement deux employés. « Tout se faisait à la main. On écrivait les taux de taxe sur des cartes de contribuable. Cela pouvait prendre un mois pour tout compléter », explique celle qui se rappelle avec un sourire qu’à l’époque, les citoyens faisaient souvent la file jusqu’à l’extérieur de la mairie pour payer leur dû.

L’introduction de l’informatique dans les années 80-90 a marqué un tournant dans son travail. « Il a fallu se recycler, prendre des cours, tout en gérant ma famille. On dit que l’informatique réduit le papier, mais je n’y crois pas. Il y a maintenant plus de travail, surtout avec les projets et les demandes de subvention », confie-t-elle.

En 50 ans, Mme Anctil a vu passer cinq maires et six directeurs généraux. « Chacun a sa méthode de travail, mais je me suis toujours adaptée », soutient-elle. Considérant sa vaste expérience au sein de l’organisation, son expertise est souvent sollicitée par ses pairs, qu’elle aide volontiers.

La réceptionniste se dit passionnée par le contact humain. Elle apprécie toujours accueillir les résidents avec sa bonne humeur et son écoute, malgré le fait que certains d’entre eux franchissent le seuil de la porte de l’hôtel de ville pour se plaindre ou dénoncer une situation dont ils s’estiment victimes.

Un regard vers l’avenir

Quant à l’avenir, Mme Anctil commence à penser à la retraite. « Je songe à réduire mes heures et éventuellement partir, mais je n’ai pas de date précise. Il faut aussi préparer la relève », avoue-t-elle. Cependant, sa passion pour son travail et son engagement envers la Municipalité demeurent intacts.

Il faut dire qu’elle a une vie personnelle bien remplie. En dehors du travail, celle-ci est la grand-mère dévouée de sept petits-enfants âgés de 4 mois à 18 ans. « J’aime la mer, la lecture et je chéris les moments passés avec mes petits-enfants », partage-t-elle.

Pour Mme Anctil, le secret de sa longévité professionnelle est simple : « Il faut aimer le public et ne pas avoir peur de se salir les mains dans son travail. » En fait, celle-ci incarne le dévouement et la passion au service de sa communauté. Son parcours inspire et rappelle l’importance des employés municipaux dans la vie quotidienne des citoyens.