13 juin 2024

10 élèves d’Irlande en immersion au Collège Dina-Bélanger

Le Collège Dina-Bélanger a accueilli durant un peu plus d’une semaine un groupe de dix élèves et deux enseignantes tout droit venus d’Irlande. Cette expérience d’immersion unique ouvre la porte à d’autres cultures et permet de se développer individuellement. En mai, ce sera au tour des Québécois de se rendre en Europe. Plusieurs activités étaient planifiées tout au long de ces dix jours. La première journée fut marquée par l’accueil des Irlandais en compagnie du maire de Saint-Michel-de-Bellechasse, M. Stéphane Garneau. Ils ont pu dès le lendemain découvrir la Ville de Québec. La chute Montmorency, une visite dans le Vieux-Québec pour retracer les vestiges irlandais patrimoniaux, glissades, et bien plus encore étaient prévus au programme.

En expérimentant la météo hivernale, ils ont pu goûter aux grands froids de -45 degrés Celsius du Québec. Ça ne les a pas empêchés de profiter de leur séjour! Ils ont pu assister à une partie de hockey, manger de la poutine et profiter de la fin de semaine avec leur famille d’accueil respective. Comme c’était la première fin de semaine du Carnaval de Québec, ce fut l’occasion pour plusieurs de découvrir cette fête typiquement québécoise.

Sur une note plus éducative, ils ont pu, tous ensemble, se déplacer au Cégep de Montmagny le temps d’un avant-midi pour aller à la rencontre du prof d’anglais et d’espagnol, celui qui enseigne notamment à l’une des élèves du Collège. Au Collège, ils ont participé à des activités en plus de présenter leur pays dans le cadre des cours d’anglais. Ainsi, tous les étudiants ont pu profiter de cette expérience interculturelle. Du 5 au 17 mai, ce sera au tour des élèves du Collège de se retrouver en Irlande pour découvrir une nouvelle culture aux niveaux scolaire et familial. Notons que principalement des élèves de secondaire 4 et 5 ont profité du projet, ainsi que quelques-uns en secondaire 3. Devenir une meilleure personne Le Collège fait partie du réseau d’écoles Jésus-Marie qui s’étend à plusieurs établissements à l’international. En contact avec des directions d’ailleurs, ses administrateurs ont cherché une façon de proposer aux élèves une chance toute particulière. Avec son expérience passée à l’international, la directrice générale, Sœur Josée Therrien, affirme que de faire vivre de telles immersions à des jeunes se veut bénéfique dans leur cheminement. Le secondaire sert à développer le potentiel des jeunes. Par le dépaysement et l’accès à des expériences hors du commun, il est ainsi possible d’en apprendre beaucoup selon elle. « C’est très formateur! J’y crois énormément. », soutient Sœur Therrien.

Elle tient à préciser que ce genre d’expérience n’entre pas en compétition avec une agence de voyages. « J’ai dit ce que je vous offre, c’est la possibilité d’expérimenter la vie dans un autre pays et de vivre une immersion linguistique. » Les élèves, à l’école le jour, profitent de la vie familiale le soir et la fin de semaine. L’objectif premier est de s’intégrer dans le quotidien, à la rencontre de l’autre. « C’est de travailler sur l’accueil de l’autre, la tolérance, mettre à bas les préjugés. Le jeune peut mieux se connaître aussi. Au contact d’une différence, tu ne peux pas faire autrement qu’être bousculé un peu et te questionner », croit Sœur Therrien. C’est une façon, selon elle, de devenir de meilleures personnes. « Ça aide le jeune aussi à faire son propre discernement. » Bien que ce fut une expérience davantage culturelle pour les Irlandais, c’était aussi l’occasion pour les Québécois de pratiquer leur anglais. S'ouvrir à une nouvelle culture Questionnés vers la fin de leur expérience, les élèves irlandais ont souligné les différences observables dans le mode de vie des Québécois. Par exemple, les façons de fonctionner à l’école. En Irlande, les élèves n’ont pas de pauses entre les cours, ils vont directement d’un cours à l’autre. Les classes sont séparées différemment, etc. Ils ont observé aussi que, lorsque la température n’est pas favorable, en Irlande, les élèves restent à l’intérieur, alors qu’ici, s’il fait plus froid, les jeunes vont tout simplement mettre plus de couches de vêtement. La poutine et les produits de l’érable se sont avérés les coups de cœur des voyageurs. Certains ont expérimenté la motoneige lors de la fin de semaine, activité qu’ils ont particulièrement aimée. D’autres ont pu en profiter pour s’initier à la raquette et au fat bike, sports uniques en saison hivernale.

Les enseignantes ont perçu une différence positive dans le comportement des étudiants, notamment dans la façonqu’ils ont de s’adapter à cette nouvelle réalité. Une chose est certaine, ils ont aimé l’expérience au point qu’ils souhaiteraient revenir au Québec. Les élèves se sont liés d’amitié avec plusieurs et ils auraient apprécié rester plus longtemps. Ils recommandent cette expérience immersive à quiconque s’y intéresse.