18 juillet 2024

Leurs écrits à travers le monde

Les classes de 5e et 6e année de l’école Saint-Jean ont pu s’ouvrir au monde entier dans la dernière année scolaire. Un « journal voyageur », envoyé en début d’année, a circulé d’un destinataire à l’autre partout sur le globe avant de revenir à Saint-Jean-Port-Joli pour la fin de l’année scolaire. Les élèves ont pu ainsi découvrir différentes cultures grâce aux écrits des destinataires.   En début d’année, les élèves ont préparé leur journal en prévoyant l’envoyer à la personne la plus loin qu’ils connaissaient.  Une fois arrivée à destination, celle-ci devait le remplir et suivre cette règle à son tour. De cette façon, le journal était rempli tout au long de l’année par différentes personnes partout dans le monde. Dernière règle, le carnet devait être renvoyé à l’école Saint-Jean vers le mois de mai afin que les élèves puissent découvrir son contenu et le présenter aux copains de sa classe.

  M. Dave, enseignant, souligne que le projet se voulait une situation d’écriture concrète et significative. Chaque journal débutait avec une brève description du projet, en français, en anglais et en espagnol. Par la suite, dans le cadre du cours de français, les élèves ont écrit leur présentation, soit qui ils sont et d’où ils viennent, de même qu’une version en anglais. Ils pouvaient y mettre leur photo, ou non. La personne de l’étranger qui recevait le journal devait écrire, à son sujet, sa culture, etc. Elle était également invitée à inclure des photos ou souvenirs typiques de son pays. L’adresse courriel de l’enseignant était inscrite afin de permettre un suivi sur l’itinéraire du journal. C’était également bénéfique pour le cours d’univers social, où les élèves ont pu suivre sur une carte l’endroit où se situait leur carnet.

Les découvertes! Le Journal a pu discuter avec cinq élèves de 5e année qui ont participé au projet, soit Julia, Charlotte, Clara, Samuel et Clément. Les carnets des ces derniers ont entrepris leur chemin en Italie, en Turquie, en Australie, en Alberta et en France, la plupart chez des amis de la famille.

Par la suite, le voyage s’est poursuivi dans différents pays. Par exemple le carnet de Clara a été envoyé en Alberta et s’est retrouvé en Belgique, ensuite à Dubaï pour terminer son périple en Europe. Le carnet de Samuel a voyagé de la Belgique, à la Colombie, à Istanbul et au Pakistan. Clément a obtenu le témoignage de vie d’un allemand de 19 ans, avant de se retrouver au Danemark où un artiste lui a laissé un dessin de Viking. Julia a appris, quant à elle, qu’en France, il n’y avait pas d’école le mercredi. De son côté, Charlotte souligne que son carnet lui a permis de découvrir l’italien. Son journal ayant aboutie en Italie, elle a dû traduire ce qui était écrit. « Je ne comprenais pas vraiment, mais ça m’a fait découvrir d’autres langues », relate-t-elle. « Au Pakistan, il m’a parlé de la guerre et sur ce qui se passait là-bas», explique quant à lui Samuel.

Les souvenirs En plus de plusieurs photos, Julia a reçu quelques souvenirs de l’Alberta. Du côté de Samuel, une personne a mis une pièce de monnaie et les autres ont décidé de poursuivre la chaîne en ajoutant également de l’argent de leur pays.

Les cinq élèves affirment qu’ils garderont précieusement ce journal rempli de valeurs inestimables. Certains journaux prennent plus de temps à parvenir, mais l’École prévoit que plusieurs devraient arriver dans les prochaines semaines ou cet été. D’ailleurs, quelques-uns sont présentement bloqués à la frontière en Asie, mais devront être de retour prochainement. M. Dave indique que le projet devrait revenir l’année prochaine.