18 avril 2024

L’intimidation ou les multiples visages d’un mal ô combien sournois

Je ne sais si, comme moi, vous avez une image précise qui vous vient en tête lorsqu’il est question d’intimidation. Elle peut revêtir différents visages pour chacun, selon ses expériences propres. J’y ai moi-même goûté, à une autre époque et loin d’ici, me faisant violemment agresser à la sortie d’un bar gay. Ce n’est toutefois pas la première image qui me vienne à l’esprit. Celle-là tient plutôt du cliché, une scène qu’on a vue mille fois dans un film ou une émission télé : le caïd et ses deux inséparables têtes de nœud tabassant à eux trois un frêle garçon sans défense à qui ils finiront par casser les lunettes tout en lui faisant avaler sa copie impeccable d’un devoir auquel ils n’auront rien compris. Un parfait mélange d’ignorance, d’intolérance et de lâcheté. D’autres feront l’objet de harcèlement ou d’intimidation parce qu’ils sont moins habiles dans un sport que leurs coéquipiers, sont d’une autre race, pratiquent une religion différente, parlent avec un accent, ont un problème d’élocution, un handicap quelconque. Et quoi encore? On les juge sur leur coupe de cheveux, leur façon de se vêtir, leur identification sexuelle. Ils mangent végan, sont en surpoids, introvertis, intellos… Bref, ils sont différents de la masse.

Tout est bon pour un terroriste en culottes courtes. Offrez-lui-en la chance, il trouvera votre faiblesse et creusera dans la plaie jusqu’à plus soif.
La nouvelle donne (ou se cacher lâchement derrière un écran) Je me permettrai ici de citer Mario Girard dans une lettre adressée à Bernard (Rambo) Gauthier : « Mais il y a un truc qui me décourage... Alors que le calvaire des jeunes prenait fin après la cloche de 16 h, aujourd’hui il se poursuit toute la soirée et tout le week-end sur les réseaux sociaux. Ces mêmes réseaux sociaux qui sont nourris à coups d’insultes et de hargne par des gens comme toi. » Cette peur de la différence, cette ignorance obtuse n’a plus lieu d’être alors que la société a supposément évolué. À quand une bonne éducation dès la tendre enfance? Ce ne me semble pas si compliqué que ça! Quand le gros bon sens et la tolérance l’emporteront-ils sur l’ignorance crasse? Comme le disaient les Têtes à claques, gardons espoir, gardons espoir... Et vous? En avez-vous de sombres souvenirs?