Plusieurs actions mises en place pour un retour en classe sécuritaire

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Plusieurs actions mises en place pour un retour en classe sécuritaire
Le ministre Jean-François Roberge. (Capture d'écran du point de presse)

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé lors de son point de presse plusieurs mesures mises en place afin d’assurer un retour en classe sécuritaire le 17 janvier prochain. Pour l’occasion, il était accompagné du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Parmi ces mesures, des tests de dépistage rapide seront distribués auprès des élèves du préscolaire et du primaire au cours des semaines des 17 et 24 janvier ainsi qu’en février. Au total, 7.2 millions d’autotests seront répartis dans la province. De cette façon, les parents pourront tester leur enfant plus rapidement en cas d’apparition de symptômes associés à la COVID-19 avant que celui-ci se rende à l’école. Chaque élève possédera cinq tests.

Les tests pourront être utilisés au courant de la journée en cas de symptômes à l’école. Toutefois, un consentement parental sera requis. L’ensemble du personnel des écoles préscolaires, primaires et secondaires pourra recourir aux tests PCR réalisés en clinique de dépistage à compter du 15 janvier. Selon les informations du gouvernement, le personnel des écoles spécialisées sera ajouté dès maintenant aux clientèles prioritaires pouvant recourir à ce type de tests.

Le masque demeurera obligatoire pour tous en classe, lors des déplacements dans l’école et durant le transport scolaire. Toutefois, le port du masque sera obligatoire uniquement dans le transport scolaire pour les élèves du préscolaire. Des masques seront mis à la disposition des écoles afin que les élèves puissent le changer fréquemment.

D’ici le retour en classe, des activités pédagogiques pour chacune des classes habituelles prévues au calendrier scolaire devront être proposées sous forme virtuelle pour les élèves du préscolaire et du primaire. Les élèves du secondaire feront leurs apprentissages à distance selon l’horaire habituel. Les professionnels pourront faire les suivis à distance auprès de ceux qui en ont besoin.

Vaccination

En ce qui a trait à la vaccination, le ministre invite à nouveau le personnel scolaire à prendre rendez-vous afin de recevoir leur troisième dose. La vaccination des 5 à 11 ans se poursuivra dans les centres de vaccination. Il est toujours possible pour les parents de prendre rendez-vous pour leur enfant sur le site de Clic Santé. Un délai de huit semaines doit être respecté entre la première et la deuxième dose.

Période d’isolement

La période d’isolement demeure la même que celle pour la population générale, soit de cinq jours chez les élèves de cinq ans et plus ainsi que pour le personnel adéquatement vacciné dès l’apparition de symptômes. Le retour à l’école sera possible une fois les symptômes disparus ou en régression et après au moins 24h sans fièvre. Le masque d’intervention sera obligatoire en tout temps et il sera important de respecter une distanciation de deux mètres, et ce, pour cinq jours.

Bulletin et examens ministériels

En raison de la situation épidémiologique, la date limite de transmission du premier bulletin pourrait être reportée au 11 février 2022. Selon le ministre, ce délai permettra aux établissements scolaires et aux enseignants de disposer de deux semaines supplémentaires pour préparer les bulletins et les acheminer aux parents. Concernant les épreuves ministérielles, elles se tiendront suivant un nouveau calendrier à partir de la semaine du 24 janvier.

Qualité de l’air

Le ministère de l’Éducation rappelle que les centres de services scolaire et les commissions scolaires maintiennent une vigilance élevée en matière de qualité de l’air dans les classes et assurent le suivi de l’application de mesures lorsque des situations problématiques surviennent. Il est spécifié que d’ici le 7 janvier 2022, plus de 54% des lecteurs de la province auront été livrés.

Il rassure également que les bâtiments jugés prioritaires, soit ceux dont au moins une classe avait enregistré une concentration de CO2 supérieure à 2 000 ppm ou à 1 500 ppm, ont reçu leurs lecteurs en décembre dernier. Les centres de services scolaire, les commissions scolaires et les établissements d’enseignement privés doivent procéder à l’installation et à la mise en service de ces lecteurs d’ici le retour en classe des élèves.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires